25 juin 2018

Camps de migrants hors d’Europe : il était temps d’y penser

Par Euro Libertes

par Pierre Malpouge.

Traiter les demandes d’asile « localement », c’est-à-dire au départ ou à proximité des pays d’origine des demandeurs d’asile afin d’endiguer l’afflux, le déferlement (quotidien) de « migrants » sur les côtes européennes mais également de mettre des bâtons dans les roues des passeurs et autres ONG complices, sans qui le chemin vers l’Europe est irréalisable, en créant des camps hors des frontières de l’UE ? C’est ce à quoi commencent à réfléchir, malheureusement très tardivement, les dirigeants européens.

A la suite de la crise ouverte par l’Italie avec l’« exode » des 629 « migrants » de l’Aquarius (rappelons que l’Italie, abandonnée de tous, a vu débarquer sur son sol quelque 690 000 « migrants » depuis 2013), et alors que des centaines de milliers de clandestins sont entrées dans l’espace européen, la mise en place d’une véritable politique partenariale avec les pays tiers et les organisations internationales sera l’une des priorités du prochain sommet européen qui se tiendra dans une semaine à Bruxelles.

L’asile ailleurs

Délocaliser les centres de tri pour « migrants » en Afrique du Nord, dans les Balkans ou en Méditerranée pour « prévenir la répétition des flux incontrôlés de 2015 et comprimer davantage l’immigration illégale sur toutes les routes » est la préconisation qui figure dans les conclusions provisoires soumises mercredi aux 28 capitales par le président Donald Tusk, président du Conseil européen, hôte du sommet annoncé.

Après tant d’années d’hypocrisie, le Conseil européen envisage donc des « plateformes régionales » : « ces plateformes devraient permettre de traiter rapidement les dossiers individuels afin de distinguer entre les migrants économiques et ceux qui ont besoin d’une protection internationale. Elles permettraient également de réduire l’incitation des migrants à un voyage périlleux » sur des embarcations de fortune.

Face à l’inquiétude des populations européennes, lutter contre l’immigration clandestine devient l’une des préoccupations majeures des États de l’Union européenne. A commencer par l’Allemagne où la chancelière Angela « Mutti » Merkel, de plus en plus surcontestée et isolée, se voit poussée dans ses retranchements par son ministre de l’Intérieur CSU Horst Seehofer, mais aussi par une majorité d’Allemands, dont la volonté est désormais de refouler aux frontières tous les « migrants » qui ont déjà demandé l’asile dans un autre pays de l’UE ou dont la demande d’asile a déjà été rejetée.

Pour l’heure, alors que ce projet de camps de rétention et de tri hors des frontières de l’UE rencontre l’avis favorable de pays comme l’Autriche ou encore le Danemark, l’Allemagne et la France sont officiellement en quête d’une « solution européenne ».

En France, tout en se disant « très prudent », Emmanuel Macron ne rejette pas l’idée de cette délocalisation. « Toute initiative concrète qui permet de répondre à nos impératifs moraux et humanitaires, de préserver la vie […] et d’éviter l’afflux de femmes et d’hommes qui n’ont aucune chance d’obtenir l’asile est un bon mécanisme », a-t-il déclaré mercredi lors de son déplacement en Allemagne.

Ils y pensent. Ils vont, une fois de plus, en discuter. Mieux vaut tard que jamais, mais des centaines de milliers de clandestins errent déjà en Europe, les filières d’immigration sont toujours en place, les organisations de soutien et les réseaux de passeurs « humanitaires » et « solidaires » ont rodé discours, structures, procédures judiciaires, complicités médiatiques. Et leurs caisses sont pleines.

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99