1 septembre 2020

Berlin : Un Tribunal autorise le port du voile islamique dans les écoles

Par Euro Libertes

Les directeurs choqués : « Nous avons des élèves venant de régions où les infidèles sont combattus »

Nous avons des élèves venant de régions où les infidèles sont combattus”

Le groupement des directions scolaires de Berlin a vivement critiqué la décision du Tribunal fédéral du travail.

Karina Jehniche estime que la sentence du jugement est “catastrophique”. La directrice de l’école primaire Christian Morgenstern de Spandau, un établissement d’enseignement avec un pourcentage très élevé de migrants, “ne s’attendait pas à ce que le Tribunal fédéral du travail inverse le principe de neutralité dans les écoles berlinoises”

Les juges ont décidé que les enseignantes peuvent désormais également enseigner avec le voile, à condition que cela ne perturbe pas la paix scolaire.

“Je ne m’attendais pas à ce qu’on puisse considérer la neutralité comme une discrimination”, déclare Karina Jehnichen. Et elle ne parle pas seulement en tant que directrice de son école lorsqu’elle qualifie le verdict de “catastrophique”, elle est également directrice adjointe du groupement des directions scolaires de Berlin (IGB). Elle parle donc aussi au nom d’environ 300 enseignants de premier plan.

Pour Karina Jehniche, tout tourne autour du symbole du voile : “Nous avons des élèves qui viennent de zones de crise où l’Islam est la religion d’État et où les infidèles ont été combattus. Lorsqu’un tel enfant voit une femme portant un voile, ça peut impressionner et la tolérance envers les autres religions peut diminuer, a déclaré Madame Jehniche. Pour les enfants en particulier, un enseignant représente une personne de confiance. “Nous devons travailler pour que toutes les religions soient tolérées. Nous sommes une société multiculturelle, c’est pourquoi une école doit être neutre.

À l’école Christian Morgenstern, “des élèves de 49 nations reçoivent un enseignement”, déclare Karina Jehniche, “toutes les religions du monde sont représentées ici”. Il est absolument clair que l’on peut attendre d’un enseignant “un comportement neutre”. Si l’on est autorisé à porter le voile, les autres religions devraient être désormais également visibles.

Quoi qu’il en soit, elle a déjà remarqué que les pères musulmans étaient agacés lors des soirées de parents ou des réunions des représentants des parents par le fait que la directrice de l’école n’est pas habillée de façon islamique – c’est-à-dire avec une longue jupe. Karina Jehniche a également constaté que les élèves musulmans faisaient pression sur les écolières musulmanes pour qu’elles portent le voile.

Tilmann Kötterheinrich-Wedekind considère également que le jugement pose problème, du moins pour son école. “En tant qu’école, nous avons grandement bénéficié de la loi sur la neutralité en matière de paix scolaire”, déclare le directeur du lycée Ernst Abbe de Neukölln, taux d’immigration : de 94 à 97 pour cent. “Une enseignante avec un voile serait catastrophique ici”, déclare-t-il, “car les tensions surgissent sans cesse dans notre école en raison de la compréhension culturelle mutuelle et lorsqu’il s’agit de jeunes filles. A l’école, dit-il, il y a beaucoup d’élèves issus de familles turques, arabes et bosno-musulmanes.

En d’autres termes, si en tant que musulmane, vous vous habillez avec des vêtements occidentaux, vous aurez des problèmes avec les élèves. Beaucoup de ses “parents musulmans très conservateurs considèrent une enseignante portant le voile comme un bon exemple”, déclare Tilmann Kötterheinrich-Wedekind. À l’inverse, les enseignantes habillées à l’occidentale sont dévalorisés.

Tilmann Kötterheinrich-Wedekind a déjà eu des débats et des conflits sur la prière, les vêtements de sport ou sur la question suivante : Jusqu’où la religion peut-elle influencer l’école ? Pour lui, ce sont tous des sujets qui n’appartiennent pas à son établissement scolaire, qui ont détourné l’objectif véritable de l’école.

[…]

Dans une autre école de Neukölln, la directrice est “consternée” par le verdict. L’école, dit-elle, “est aussi là pour aider les élèves à se faire leur propre opinion”. Elle prêche surtout la tolérance envers toutes les religions. Mais cela n’est plus reconnaissable lorsque quelqu’un n’est plus clairement neutre. “Il y a également des messages non-verbaux.”

Elle a également constaté que les élèves musulmans faisaient pression sur les écolières musulmanes pour qu’elles portent le voile. Les enseignants sont alors intervenus immédiatement et ont eu des conversations avec les élèves et leurs parents. “Mais c’est un processus très difficile et très long.”

Elle connaît le cas d’un enfant de neuf ans qui a déclaré à une institutrice palestinienne habillée de façon occidentale : “Je ne reçois pas d’ordres d’elles, elles ne portent pas de voile, elles ne sont pas vraiment musulmanes.”

Dans un tel cas, la paix scolaire est considérablement perturbée. Comme les parents du garçon n’ont montré aucune compréhension, le garçon a dû quitter l’école. La commission scolaire a écrit dans sa déclaration : “trouble de l’ordre public à l’école”.

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Tagesspiegel.de

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

Partager :