27 janvier 2019

Après « Sortez couvert ! », bientôt « Saluez ganté ! » ?

Par Philippe Randa

Décidément, l’uniformisation du village planétaire, comme certains le souhaitent tant, est semée de bien des embûches, à commencer par des usages qui ne font guère l’unanimité…

Le retour des bonnes vieilles traditions d'antan est-elle envisageable ? Pourquoi pas !

Le retour des bonnes vieilles traditions d’antan est-elle envisageable ? Pourquoi pas !

En France, par exemple, Aude Picard-Wolff, maire d’une petite commune de Morette (Isère), n’en peut plus du « rituel de la bise » : « Aujourd’hui, a-t-elle déclaré au Parisien, c’est un geste qui est devenu systématique et qui ne signifie plus rien. C’est aussi le risque de se transmettre des virus (…) surtout en période de grippe. Cela devient insupportable. »

Du coup, elle a fait savoir à ses collaborateurs, via internet, qu’elle ne se plierait plus à cette « corvée » (ces conseillers apprécieront), mais qu’elle condescendrait néanmoins à leur tendre la main… sans préciser si, à chaque fois qu’elle leur en « serrera cinq », elle utilisera ensuite et rapidement kleenex et produit antiseptique pour se préserver de tout risque de contagion.

Mais si la bise fait polémique pour certaines en France, au Danemark, c’est au contraire la poignée de main qui suscite des réactions hostiles. Depuis le 1er janvier dernier, en effet,  il y est désormais obligatoire de serrer la main du maire ou d’un fonctionnaire de l’État pour obtenir la nationalité danoise. Ce qui n’est pas du goût de certains candidats musulmans à la naturalisation, pour qui « serrer la main d’une personne de sexe opposé » est tout simplement insupportable !

Plusieurs maires, particulièrement courageux, ont d’or et déjà annoncé qu’ils ne respecteront pas cette obligation afin de respecter la liberté de religion.

Mais pour la ministre de l’intégration danoise, Inger Stojberg, la poignée de main est « clairement un symbole (…) Dans ce pays nous avons l’égalité, nous l’avons depuis plusieurs générations et nous avons lutté dur pour cela. Il est donc de notre devoir de la protéger et de la respecter. »

Après le conseil « Sortez couvert ! » pour la promotion du préservatif, entendra-t-on bientôt celui de « Saluez ganté ! » pour préserver les risques de contagion chez les élues grincheuses tout autant que les susceptibilités religieuses chez les mahométans chagrins ?

 

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99