29 novembre 2019

Les années 30 ? Quel rapport ?

Par Jérémy Silvares Jeronimo

Connaissez-vous l’acronyme « LHLPSDNH » ? Non ? Cela veut dire « Les Heures Les Plus Sombres de Notre Histoire ». Je parie que vous l’avez tous déjà entendu au moins une fois, que ce soit dans la bouche d’un journaliste (de gauche), d’un politicien (de gauche, mais pas que…), d’un intellectuel (de gauche), d’un artiste (forcément de gauche) ou d’un membre d’une association immigrationniste ou des droits humains (de gauche, vous avez deviné !).

Valeurs actuelels islamo-gauchistes

Chaque fois que l’on discute sur un thème clivant tel l’immigration, l’identité nationale, le patriotisme, les quartiers islamisés, ou même l’hymne national, nous y avons droit, aux fameuses « LHLPSDNH »… Sauf que maintenant la gauche bien-pensante, ou plutôt l’islamo-gauche bien-pensante, à la Edwy Plenel, Jean-Luc Mélenchon ou Esther Benbassa, l’utilise pour parler d’autre chose : la supposée terrible condition des musulmans vivant en France d’où la manifestation contre l’islamophobie du 10 novembre 2019.

Car selon nos (pas) très chers islamo-gauchistes et nos (pas) très chers islamistes, les musulmans seraient traités comme des citoyens de seconde zone en France. Martyrisés, ils seraient les nouveaux juifs, persécutés comme le furent ces derniers à partir des années 30 du siècle précédent. Des enfants ont même arboré, à la manifestation contre l’islamophobie, des étoiles jaunes avec écrit « muslim ». Sauf que ça ne tient pas la route en plus d´être une appropriation écœurante. La comparaison ne tient pas debout. Nous ne vivons pas dans les années 30, mais en 2019. Les musulmans ne sont pas pourchassés, et si les Français ont un problème avec l’Islam, peut-être que les musulmans ne sont pas si innocents que cela…

Car, dans les années 30, il n’y avait pas de bandes de jeunes Juifs qui tabassaient les goyim (1) pour un regard ou pour une cigarette, ou qui tuaient pour une affaire de filles. Les filles goyim n’étaient pas traitées de « putes » simplement du fait qu’elles ne se couvraient pas les cheveux. Il n’y avait pas de bandes de Juifs qui brûlaient des voitures toutes les fins de semaine et qui ensuite lançaient des pierres et des cocktails molotov contre les pompiers et la police. Les Juifs d’Europe de l’Est ne s’étaient pas ghettoïsés tout seul en expulsant les goyim, ils étaient parqués de force dans les ghettos. Les Juifs n’urinaient pas dans les Églises et les Églises n’étaient pas systématiquement dégradées par de jeunes Juifs. Ils ne brûlaient pas les écoles ni les bibliothèques, au contraire ils aimaient la culture (et ce depuis des siècles).

Les Juifs ne vivaient pas des aides sociales tout en crachant sur le pays d’accueil, ils travaillaient dur, et dans des pays comme la Pologne ils vivaient dans une misère absolue. Aucun Juif ne se faisait exploser en criant « YAHWEH est Grand » au milieu d’une foule. Et aucun Juif n’égorgeait de curé dans les années 30…

Yassine Bellatar dit que « la France a de la chance que les musulmans aiment plus la France qu’elle n’aime les musulmans ».

Il est vrai que les musulmans sont pourchassés dans les rues par des hordes de catholiques fanatisés. Qu’ils ne peuvent construire de mosquées, ni rénover les anciennes. Qu’ils ne peuvent accéder à certaines universités. Qu’ils ne peuvent pas travailler dans l’administration publique, ni dans la police, ni dans l’armée, ni accéder à des places politiques de responsabilité.

Ah, pardon ! Je me suis trompé. En France les musulmans ont les mêmes droits que les autres habitants. Par contre les minorités chrétiennes ou autres en terre d’Islam subissent les interdits que j’ai mentionnés ci-dessus. Je me permettrai donc de dire que les musulmans ont de la chance que les chrétiens les traitent mieux dans les pays chrétiens que les musulmans ne traitent les chrétiens dans les pays musulmans. Pensez-y Yassine, ça vous ferait du bien de prendre le temps de vous cultiver…

Il y a un avant et un après le 10 novembre 2019. Les dés sont lancés, faites vos jeux. Au moins, cette marche aura servi à deux choses : elle montre que la France est bel et bien divisée, et, que certains Français dits « de souche », tel ceux de LFI, sont des collabos qui ont choisi leur faction… Alea jacta est…

Note

(1) Goy (goyim au pluriel) ce terme veut dire « peuple » non-juif, même si à l’origine il voulait simplement dire « Nation » ou « Peuple ». Il n’a aucune intention péjorative.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99