21 mai 2018

Allemagne : deux footballeurs font allégeance à Erdogan

Par Euro Libertes

par Pierre Malpouge.

Entre la Turquie, leur pays d’origine, et l’Allemagne, le pays dont ils sont aujourd’hui citoyens, ils ont choisi. Et c’est la Turquie. « Ils », ce sont deux footballeurs de l’équipe nationale allemande : Mesut Özil et Ilkay Gündogan.

A un mois de la Coupe du monde de football qui aura lieu en Russie du 14 juin au 15 juillet, ces deux joueurs, que la presse allemande présentait comme des modèles d’intégration, font scandale et polémique dans le pays dont ils sont censés être désormais les fils, et qui plus est les fils devant servir de modèles à tous les nouveaux Allemands d’origine turque. La cause de ce remous : une série de photos où l’on voit les deux hommes poser aux côtés du président turc (actuellement en campagne électorale auprès des Turcs d’Allemagne) dans un hôtel londonien et lui offrir les maillots de leurs équipes respectives.

Un beau coup de pub pour Erdogan et pour son parti islamo-conservateur l’AKP. Le sport a toujours fait l’objet de récupération par les hommes politiques de tout bord, et ce n’est pas tant la série de photos aussitôt mise en ligne sur les réseaux sociaux par l’AKP qui a choqué la classe politique allemande, ce sont les propos, plus exactement la dédicace que l’on peut lire sur le maillot offert par l’un des deux joueurs au président Erdogan, à savoir : « Pour mon président, avec respect ». Si Erdogan est son président, cela signifierait-il qu’Erdogan est lui aussi devenu Allemand ? Non, bien évidemment. L’allégeance des deux joueurs de football ressemble en fait à un crachat sur leur patrie d’accueil, car, comme le relève le site Boulevard Voltaire, cela pose de façon éclatante la question de la double nationalité et de l’intégration.

D’où la réaction outrée de l’ensemble de la classe politique allemande pour cette dédicace qui est unanimement condamnée. Le député de l’AfD Beatrix von Storch se pose la question de savoir « pourquoi Gündogan [l’auteur de la dédicace] joue pour l’équipe nationale allemande s’il reconnaît Erdogan comme président ».

De la CDU au SPD en passant par l’AfD et même les Verts, tous sont sur la même longueur d’onde. Eberdhard Gienger, responsable de la CDU, s’indigne : « Nous souhaitons que nos concitoyens d’origine turque qui vivent ici considèrent la République fédérale comme leur pays. Et voilà que deux personnalités éminentes se reconnaissent dans un autre État. Cela n’est pas acceptable. »

Même réaction pour Cem Özdemir, ex-président des Verts, lui-même d’origine turque : « Il est très gênant et même honteux de voir des footballeurs qui gagnent des millions se laisser ainsi utiliser pour la campagne électorale d’un dirigeant autoritaire. »

Remarquons toutefois que ce qui dérange les Verts, c’est le soutien à « un dirigeant autoritaire », pas à un dirigeant étranger.

Seule réaction vraiment complaisante à l’égard de ces deux faux Allemands, celle du sélectionneur de l’équipe nationale de football, Joachim Löw, qui exprime sa « compréhension pour ces joueurs qui ont un bon esprit et deux cœurs dans une seule poitrine, ce qui n’est pas toujours simple », et précise que ceux-ci « regrettent fortement » leur geste. Quant à la chancelière Merkel, elle a préféré ne pas évoquer une situation qui « peut susciter des malentendus » selon son porte-parole.

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99