28 juillet 2016

Vacances gâchées pour Angela Merkel

Par Philippe Randa

 

Pauvre Chancelière allemande ! Les centaines de milliers de manifestants supposés racistes de Pegida n’avaient pas ébranlé sa certitude de bien faire, ni les succès électoraux de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne) ne l’avaient chagrinée outre mesure… Mais un attentat suicide islamiste à la bombe – qui plus est d’un jeune réfugié syrien – à l’entrée d’un concert en plein air en Bavière, évidemment, ça la fiche mal… Et même très mal quand les médias répercutent qu’il a agi « au nom d’Allah » et « dans un acte de revanche contre les Allemands ! » Un ingrat, en quelque sorte !

Difficile après cela d’expliquer au bon peuple teuton qu’il doit continuer de tendre les bras aux réfugiés, à peine un an après « l’arrivée sous les applaudissements des premiers trains de migrants en gare de Munich », comme le rappelle notre quotidien vespéral Le Monde, bien obligé de reconnaître que « la « culture de l’accueil » allemande subit un très douloureux revers ». Ah bon ?

La police allemande en action.

La police allemande en action.

Quant à la Chancelière, dont les vacances sont ainsi mises à mal, elle a choisi de se taire, tout simplement… Que pourrait-elle dire, d’ailleurs ! Après que le pire scénario est ainsi devenu réalité et alors même que le ministre fédéral de l’intérieur, Thomas de Maizière, a admis qu’on ne pouvait pas « exclure à 100 % de nouvelles attaques »… Sans compter que le chef de la CSU (droite), mais aussi la présidente du groupe parlementaire Die Linke (gauche radicale), veulent plus de contrôles des migrants. On se demande bien pourquoi !

Angela Merkel espérait sans doute ne jamais avoir à payer la facture de sa politique d’accueil des réfugiés… Mais en Allemagne, on ne rase plus gratis !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.