15 juillet 2022

Où va l’Espagne : de Charybde en Scylla ?

Par Michel Festivi

Le gouvernement minoritaire socialiste espagnol présidé par Pedro Sanchez depuis 2018 semble avoir atteint les limites de l’exercice, mais continue dans ses dérives sociétales. Son allié Podemos, un ramassis de gauchistes, avec ses 35 sièges aux Cortès, ne répond présent que de moins en moins. Les treize députés extrémistes catalans pratiquent le chantage permanent car leur soutien à Sanchez est indispensable si ce dernier veut se maintenir jusqu’au bout de la législature qui en principe peut aller jusqu’à la fin de l’année prochaine. Enfin les ex-terroristes de l’ETA, cachés sous le faux nez d’un parti dénommé Bildu (ça ne s’invente pas) n’ont de cesse que de déstabiliser l’État où ce qu’il en reste, et leurs cinq députés sont tout aussi nécessaires à Sanchez qui avec ses 120 élus doit atteindre la majorité fixée à 176 sièges.

Imaginons un seul instant en France, un gouvernement Macroniste minoritaire qui ne pourrait gouverner qu’avec des Mélenchonistes de la bande à Sandrine Rousseau, outre avec des indépendantistes corses canal historique, ou Kanaks, ou les deux. C’est ce que vit la pauvre Espagne depuis le 2 juin 2018, date à laquelle les socialistes ont réussi alors qu’ils étaient minoritaires à renverser un Mariano Rajoy du parti populaire, enlisé dans des scandales politico-financiers à répétition, en agglomérant une kyrielle de petits partis.

Le PSOE perd régulièrement du terrain à chaque élection locale, comme en mai 2021 dans le Grand Madrid, en février en Castille et Leon, et tout dernièrement le 19 juin en Andalousie, région la plus peuplée d’Espagne, où le parti populaire a obtenu pour la première fois depuis la transition démocratique de 1978, la majorité absolue des sièges au parlement andalou.

Comme tout va mal en Espagne, le chômage remonte, les prix de l’énergie s’envolent ainsi que l’inflation, les approvisionnements sont de plus en plus compliqués, la dette est abyssale, donc les gauches se déchaînent comme à leur habitude dans des lois sociétales ou mémorielles, favorisant toutes les minorités les plus diverses et variées. La dernière en date, un projet de loi qui permettra à tout un chacun de choisir son sexe. C’est vrai que c’est d’une urgence absolue !

Projets de lois incongrus, ou provocations permanentes. Tout récemment, le Premier ministre Pedro Sanchez a déclaré que : « Aujourd’hui l’Euskadi et l’Espagne sont des pays libres », et ce en présence du Roi Felipe VI, provoquant une bronca, mais en réalité c’est une grave violation de la constitution de 1978 qu’il est censé protéger, car l’Euskadi n’est pas un pays à l’égal de l’Espagne, mais une province de l’Espagne.

Plus les raclées électorales se succèdent pour les gauches, plus elles font dans l’excès et la provocation, multipliant les lois pseudo-historiques à sens unique. Mais le hic, le bémol, c’est que le Parti Populaire actuellement présidé par le Galicien Alberto Nunez Feijoo, s’il a le vent en poupe selon toutes les enquêtes d’opinion, ne semble pas vouloir combattre les gauches sur le terrain de la métapolitique, mais se consacrer quasi essentiellement à l’économie. Cela ne nous rappelle-t-il pas nos bons LR de chez nous ?

Vox lui se bat sur le terrain des idées et des faits de sociétés, sur l’immigration totalement incontrôlée, sur l’augmentation de la délinquance, mais il est bien seul. Certes il dispose aujourd’hui de 52 députés, mais les sondages pour l’instant ne lui en donnent guère plus. En Andalousie, alors qu’il comptait doubler ses douze sièges, il n’a eu que quatorze élus et le PP peut se passer de lui, alors qu’en Castille et Leon, un gouvernement PP/Vox a été mis en place, au grand dam du chef du parti populaire qui ne l’a accepté que du bout des lèvres. Comme je l’indique souvent, les prochains mois seront déterminants et je vous promets d’en reparler, si vous le voulez bien.

Michel Festivi est l’auteur du livre “Les trahisons des gauches espagnoles, éditions Dualpha, 226 pages, 23 euros. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Les trahisons des gauches espagnoles Du Républicanisme au totalitarisme 1930-1936 de Michel Festivi, éditions Dualpha, collection « Vérités pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa, 226 pages, 23 euros.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez au 06 77 60 24  99

Partager :