29 décembre 2018

La poutre dans l’œil

Par Rémi Tremblay

Dans moins d’un an, les Canadiens seront appelés à voter. Question de faire le bilan, le Premier ministre a accordé une longue entrevue à Radio Canada, pour parler des réalisations de son mandat et pour commenter les principaux sujets d’actualité. Lors de cette entrevue, celle en français, Justin Trudeau en a profité pour faire ce qu’il sait faire de mieux : faire la leçon à ses homologues. Et cette fois, c’est Emmanuel Macron que le Premier ministre canadien s’est permis de rabrouer, sur sa gestion de la crise des gilets jaunes.

Pour Trudeau, il ne suffit pas d’imposer un « prix sur la pollution et dire que c’est bon pour tout le monde et qu’il faut le manger comme on mange ses brocolis ». Et de rajouter que « ça démontre l’importance pour le gouvernement d’écouter ses citoyens. […] La réaction des gens à certaines de ses politiques doit l’amener à réfléchir. Est-ce qu’il y a un besoin de changer les choses un petit peu ? Est-ce qu’il a besoin de changer son approche avec les gens, par exemple ? C’est (sic) des questions légitimes qu’il faut se poser ».

Il ne lui reproche donc pas le fond, mais bien la forme. Mais comme Jésus le disait il y a de cela 2000 ans, « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? » (Matt 7 h 3).

Trudeau se permet de faire la leçon, mais lui-même tente présentement d’imposer une taxe sur le carbone décriée non seulement par le peuple, mais aussi par plusieurs gouvernements provinciaux. La contestation des gilets jaunes a même traversé l’océan et plusieurs manifestations de gens arborant ces fameux dossards ont eu lieu dans les dernières semaines. Certes, on est loin de l’ampleur de la contestation dans l’Hexagone, mais les revendications et reproches formulés par les gilets jaunes envers leur gouvernement s’appliquent au Canada à la perfection. Trudeau n’a aucune raison de pavoiser.

Mieux, la veille il lançait qu’il fallait tenir à l’œil ceux qui s’opposent à l’immigration : « Il y a une minorité qui se fait de plus en plus vocale qu’il va falloir surveiller ».

On comprend donc que pour le Premier ministre canadien, ceux qui s’opposent à ses politiques migratoires constituent une minorité aux vues illégitimes.

Mais voilà, celui qui demande à Macron d’écouter son peuple considère que ceux qui veulent des réductions de l’immigration ne sont qu’une minorité illégitime. Pourtant, un sondage réalisé en novembre par la firme CROP au Québec démontrait que deux tiers des Québécois exigent une diminution des seuils migratoires. En août, 49 % des Canadiens, selon un sondage Angus-Reid demandaient une diminution des seuils, contre 31 % qui considéraient les cibles de Trudeau comme sensées. Mais pour Trudeau, ce n’est qu’une minorité qui s’oppose à l’immigration de masse. Andrew Sheer, le très modéré chef conservateur, lui a rétorqué que « c’est dangereux pour un Premier ministre de balayer les inquiétudes légitimes, les critiques légitimes avec une réponse comme ça ».

Trudeau n’a donc rien d’un démocrate. Il est d’abord et avant tout un mondialiste, préoccupé à implanter les politiques qui s’adressent à une petite clique non élue, pour leur plus grand bénéfice. L’opinion du peuple lui importe peu. Qu’une majorité s’oppose à ses vues et à ses politiques le laisse indifférent, il se considère comme un despote éclairé au-dessus de la masse des ignorants. Imbu de lui-même, convaincu du bien-fondé de ses décisions, il continue à ignorer le peuple qui malheureusement pour lui se prononcera d’ici un an sur l’avenir politique de Trudeau fils.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99