25 mars 2017

Mépris politique de La voix du Nord

Par admin

Une sorte de pastiche d’une chanson célèbre d’Enrico Macias décrivant les gens du nord. Qui ne se souvient pas de cette chanson, cette ode aux gens du Nord si peu respectés par cette Voix du Nord qui se vautre dans l’infamie subtile.

Après avoir présenté un événement grave, la distance du récit laisse pantois : une militante a reçu un coup au visage mercredi alors qu’elle collait des affiches près de la gare de Boulogne. Son agresseur a pris la fuite.

L’agressée n’est pas n’importe qui ! Elle est Conseillère Municipale dans la ville de Boulogne. Elle collait avec des militants des affiches pour la campagne présidentielle de Marine Le Pen. C’est toute la différence avec une éventuelle agression sur des colleurs d’affiches de Mélenchon, Hamon, Fillon et autres trublions comme Macron.

Frapper une femme est indigne, dénotant une bassesse d’esprit évidente, mais qu’importe pour La Voix du Nord. Frapper une militante du Front National est probablement normal pour Cyril Mazurel, journaliste à cette Voix du Nord si étrangement basse sur cet épisode, si pitoyable sur ces faits !

L'« articulet » paru dans « La Voix du Nord », indiquant l'agression contre le FN.

L’« articulet » paru dans « La Voix du Nord », indiquant l’agression contre le FN.

Sous le sous-titre Lecture Zen, (cela ne s’invente pas) l’auteur décrit la scène : « Vers 21 h 30, rue Ferdinand-Buisson, près de la gare de Boulogne, une militante a été prise à partie puis agressée par un homme qui passait en voiture. D’après le leader frontiste boulonnais, Antoine Golliot, l’individu est descendu de son véhicule et a été “insultant et menaçant”, puis il a donné un coup au visage de la militante, Liliane Pognant, conseillère municipale de Boulogne. »

Antoine Golliot assure que « la motivation » de l’agresseur prend sa source dans le collage d’affiches, décriant ainsi un geste politique.

Une motivation qui n’est pas venue à l’esprit de Cyril Mazurel qui se contente de rapporter d’une « façon zen », un acte politique consistant à l’agression d’une femme qui collait des affiches FN. Un collage d’affiches effaçant de facto l’indignation d’une agression contre une femme. Ce sexisme avéré de ce journaliste de la gauche bien pensante est patent. Reste à savoir, si son information zen aurait été de la même teneur, si cela avait été une militante socialiste !

Une plainte contre X a été déposée au commissariat de Boulogne, qui confirme que l’agression se déroule dans un contexte « lié aux élections ». Une enquête est en cours pour tenter de retrouver l’agresseur. Autrement dit, quelle importance, n’est-ce pas !

Dans la situation politique actuelle, le contexte de médias ouvertement anti-Front national, d’une justice à deux vitesses, tous les gens du Nord peuvent penser qui si cela avait concerné une jeune fille « issue des minorités », venant des « banlieues défavorisées », La Voix du Nord aurait interrogé les témoins présents, nous aurait décrit l’agresseur, surtout s’il était de type européen, grand, blond, à l’accent chti,… bref, un de ces Nordistes qui ont dans les yeux, le bleu qui manque à leurs décors et collent des affiches Bleu Marine !

PS (sic) et pour info : en novembre 2015, dans le cadre de la campagne des élections régionales, le quotidien dont les relations sont décrites comme « très tendues » avec le Front national prend ouvertement parti contre celui-ci en publiant le 11 novembre une Une tout en noir. Réagissant à une seconde Une, Marine Le Pen dénonce ce qu’elle nomme « un tract pour le Parti socialiste » qu’elle avance être la « contrepartie aux neuf millions d’euros de subventions touchés [par le quotidien] du Conseil régional socialiste » lors de la dernière mandature.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.