4 septembre 2016

Interdiction du burkini en Belgique

Par Patrick Sessler

 

La N-VA (Nieuwe Vlaamse Alliantie : Nouvelle Alliance Flamande) est un parti qui se revendique du nationalisme flamand, mais qui se caractérise surtout par des positions ultralibérales sur le plan socio-économique. Il est devenu le parti le plus important du pays lors des élections de mai 2014 qui ont vu également une défaite historique du Vlaams Belang dont les voix avaient été siphonnées par la N-VA.

Le président de la N-VA, Bart De Wever avait déclaré le soir des élections que, grâce à lui, le Vlaams Belang était éradiqué du paysage politique flamand et belge.

Rapidement, le parti « rebelle » entrait au gouvernement fédéral et s’appropriait les ministères les plus importants (Intérieur, Finances, Défense, Immigration…). Au niveau régional flamand, le ministre-président et de nombreux ministres sont issus de la N-VA.

Deux ans plus tard, les pendules se remettent lentement, mais sûrement à l’heure. Les sondages sont de plus en plus favorables au Vlaams Belang, tandis que la N-VA paye le prix des compromissions, des reculs sur les principes, l’abandon de fait du nationalisme d’indépendance de la Flandre, etc.

La N-VA est à la Belgique ce que Nicolas Sarkozy est à la France. Une réserve inépuisable de déclarations de matamore systématiquement suivies d’une inertie absolue. Guère de grandes idées, mais une volonté farouche de s’approprier la colère légitime de la population en singeant les programmes des vrais partis nationalistes comme le Vlaams Belang en Belgique et le Front National en France pour ensuite trahir ces électeurs dès les élections passées.

Le débat sur le burkini est très révélateur à cet égard.

La N-VA s’oppose à une interdiction générale du burkini après avoir déclaré le contraire dans un premier temps. Elle déclare être contre le port du burkini pour des raisons de principe, mais elle n’a pas l’intention de prendre la moindre initiative afin de l’interdire. Selon le président du Vlaams Belang, il s’agit d’un nouveau retournement de veste de Bart De Wever, le très médiatique président de la N-VA.

Suite à la discussion sur l’interdiction du burkini en France, la N-VA, par la voix de Nadia Sminate (député au Parlement Flamand), proposait d’instaurer une interdiction comparable en Belgique. Cette proposition était évidemment soutenue par le Vlaams Belang. Le burkini est le symbole de l’oppression des femmes et de leur statut d’être de second rang au sein de l’islam radical. Qui accepte le hidjab ou le burkini accepte la charia et c’est justement au nom de la charia que les femmes sont dépossédées de leurs droits et de leur dignité. L’éditorialiste Mia Doornaert qualifie très justement le burkini de « prison de tissus. »

Il aurait été tout à l’honneur de la N-VA de garder le cap et, effectivement, de mettre tout en œuvre afin de concrétiser une interdiction générale du burkini. Malheureusement, Bart De Wever, s’exprimant au nom de son parti, a annoncé ne plus être favorable à une interdiction générale du burkini (nota bene : une proposition de son propre parti !).

Une fois de plus, la N-VA s’est lancée dans le débat avec des déclarations tonitruantes pour finir par se dégonfler dès qu’il s’est agi de passer aux actes.

Le Président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, est sévère pour Bart De Wever et son parti : « Dire qu’il existe un gouffre gigantesque entre ce que dit la N-VA et ce qu’elle fait en réalité est enfoncer une porte ouverte. Theo Francken (1) (Secrétaire d’État à l’immigration N-VA), le concierge des centres pour demandeurs d’asile en Belgique, n’a rien entrepris afin de changer la politique d’immigration de ce pays et aujourd’hui Bart De Wever s’oppose à une proposition de son propre parti, à savoir l’interdiction générale du burkini. Un retournement de veste supplémentaire à ajouter aux nombreux autres. Qui leur fait encore confiance ? »

En Belgique comme en France, les électeurs ont donc le choix entre l’original et la copie.

 Note

(1) était surnommé « copié-collé » lorsqu’il était député fédéral. Il était le spécialiste du dépôt de propositions de loi dont le contenu était littéralement copié de ceux déposés par le Vlaams Belang quelques années auparavant.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.