12 juin 2019

Commission européenne : sanctionner l’Italie pour populisme excessif

Par Euro Libertes

par Olivier Bault.

La réponse du gouvernement de Giuseppe Conte à la lettre de la Commission européenne concernant l’aggravation de la dette publique (voir Présent du 1er juin) n’a pas donné satisfaction à Bruxelles. Pour la Commission, il est « justifié » de lancer une procédure de sanction pour déficit excessif. Une telle procédure, si elle est approuvée par les États membres au Conseil des ministres des Finances le 9 juillet prochain, pourra déboucher sur une amende de 3,5 milliards d’euros (0,2 % du PIB italien).

Par rapport à décembre dernier, quand une procédure de sanction similaire avait été abandonnée après que Rome et Bruxelles se furent entendues sur les modifications à apporter au projet de loi budgétaire italien pour 2019, la Commission estime que la situation s’est aggravée notamment à cause d’une croissance moins forte que prévu mais aussi en raison d’un déficit budgétaire pour 2018 plus important que ne le laissaient entrevoir les estimations à l’automne dernier. Pour la Commission européenne, le déficit budgétaire italien risque désormais d’atteindre 3,5 % du PIB l’année prochaine pour une dette publique à 135 % du PIB. Le socialiste français Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires et à la Fiscalité, s’est malgré tout dit prêt à avoir une « discussion factuelle » avec le gouvernement italien pour éviter une procédure de sanction.

Alors que les relations entre les deux partis de la coalition de gouvernement à Rome s’étaient beaucoup tendues à la faveur de la campagne des Européennes, poussant même le Premier ministre Giuseppe Conte à mettre sa démission dans la balance la semaine dernière, le leader de la Ligue Matteo Salvini et celui du Mouvement 5 étoiles (M5S) Luigi Di Maio ont eu jeudi une réunion qualifiée d’« utile, positive et cordiale » pour parler de la réponse à apporter à la procédure engagée par Bruxelles. Salvini et Di Maio sont aujourd’hui d’accord pour dire qu’il est urgent de réduire les impôts pour relancer l’économie italienne et ils ont souligné que l’accroissement des recettes de l’impôt sur le revenu et la TVA et la diminution du chômage durant les quatre premiers mois de 2019 montrent que leur gouvernement est sur la bonne voie. Pas question pour la Ligue et le M5S de revenir sur les réformes engagées depuis l’année dernière, y compris en ce qui concerne le revenu de citoyenneté et la possibilité donnée aux personnes ayant cotisé pendant au moins trente-huit ans de prendre leur retraite dès 62 ans.

De son côté, le commissaire européen au Budget et aux Ressources humaines, l’Allemand Günther Oettinger, a estimé que « si les chiffres sont confirmés, on ne pourra pas éviter la procédure d’infraction. L’Italie ne doit pas être un risque pour l’Eurozone. » Force est cependant de rappeler que le commissaire Oettinger avait aussi dit en septembre 2018 que « le projet européen est en danger de mort » et que « certains en Europe veulent l’affaiblir ou même le détruire : la Pologne, la Hongrie, la Roumanie, le gouvernement de l’Italie ». Le même Oettinger s’était par ailleurs prononcé en novembre dernier en faveur de l’acceptation d’un plus gros déficit de la France pour 2019, de 3,2 % du PIB au lieu des 2,8 % qui avaient été convenus, parce que le président Emmanuel Macron « demeure un fervent partisan de l’Union européenne ».

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99