20 mai 2016

Alexandre Douguine bloqué à la frontière grecque

Par Nicolas de Lamberterie

C’est la blague grecque du jour : le contrôle des frontières grecques existe ! Mais pas pour les clandestins ou autres terroristes de Daesh. En revanche, pour le philosophe russe Alexandre Douguine, cela semble fonctionner. Celui-ci, qui s’est rendu en Grèce le 17 mai 2016, a prévu de se rendre au Mont Athos, célèbre pour ses monastères qui connaissent en 2016 le millénaire de la présence russe en ces lieux. Rappelons qu’Alexandre Douguine, outre ses écrits philosophiques et politiques, est également rédacteur en chef de la chaîne de télévision russe conservatrice Tsargrad TV.

Selon le site Katehon, le patriarche Cyrille et le président Poutine doivent également se rendre à ces célébrations le 28 mai.

Arrivé à l’aéroport de Thessalonique, Alexandre Douguine a été bloqué pendant 8 heures par les douaniers, en attente d’une décision de le laisser pénétrer le territoire grec ou de l’expulser. Au bout de plusieurs heures, l’explication suivante est donnée à M. Douguine : une interdiction de territoire émanant de la Hongrie et datant de… 2014.

C’est la deuxième blague grecque : un pays européen qui a laissé passer plus d’un million de clandestins par son territoire se propose désormais d’appliquer les restrictions voulues par le pays qui a été l’un des plus vindicatifs dans son opposition aux flux migratoires qui se déversent sur l’Europe depuis plus d’un an.

Comment expliquer cette interdiction de territoire émanant de la Hongrie ? En octobre 2014, une conférence de l’organisation américaine National Policy Institute, considérée d’extrême droite, aurait dû avoir lieu à Budapest. Vraisemblablement désireuses d’éviter de mécontenter les États-Unis en laissant cette conférence avoir lieu, les autorités hongroises ont entrepris d’interdire ce rassemblement. Ses organisateurs américains ont été refoulés du territoire hongrois.

Alexandre Douguine était parfois mentionné comme potentiel intervenant à ce rassemblement. Il a ultérieurement contesté avoir voulu participer à cet événement, et, en tout état de cause, ne s’est pas rendu en Hongrie à cette occasion. Ce qui n’a pas empêché les autorités hongroises, de façon préventive, de bannir M. Douguine du territoire hongrois.

En tout état de cause, cette interdiction de territoire ne concernait que la Hongrie et n’était pas étendue sur l’ensemble de l’Union Européenne. Et c’est la troisième et dernière blague du jour : depuis octobre 2014, M. Douguine – qui ne n’est pas rendu en Hongrie depuis 25 ans selon ses propres affirmations – s’est rendu à plusieurs reprises en Union Européenne, sans jamais rencontrer de difficultés aux douanes.

Alexandre Douguine s’est dit convaincu que ces événements n’étaient pas le fait du hasard, mais le fruit d’une volonté de compliquer les relations gréco-russes, quelques jours avant la visite officielle du président Poutine dans ce pays.

Après de nombreuses heures à patienter à l’aéroport, Alexandre Douguine a finalement pu passer la douane et se rendre au Mont Athos.

Partager :