14 janvier 2018

L’opposition allemande proteste contre la censure d’Etat sur internet

Par Euro Libertes

par Olivier Bault.

La loi allemande Netzwerkdurchsetzungsgesetz (NetzDG) entrée en vigueur le 1er janvier a déjà conduit au blocage des comptes Twitter et Facebook d’une des dirigeantes de l’AfD (Présent du 4 janvier). Mais d’autres partis d’opposition protestent aussi contre la grave atteinte à la liberté d’expression que représente cette loi. Pour rappel, la loi allemande impose désormais aux réseaux sociaux, sous peine d’avoir à payer 50 millions d’euros d’amende, de supprimer dans les 24 heures tout message ou commentaire répréhensible. Ce sont donc des entreprises américaines dotées d’un parti pris libéral-libertaire et immigrationniste notoire qui doivent à la fois juger la conformité à la loi des messages et exécuter leur propre jugement.

Pour les Libéraux, les Verts et l’extrême gauche (Die Linke), une telle situation est inadmissible. Après la suspension par Twitter du compte d’un magazine satirique allemand, plusieurs leaders de ces partis ont demandé dimanche que la nouvelle loi soit remplacée par une autre. « Ces derniers jours ont largement montré que des entreprises privées ne peuvent pas déterminer correctement si une déclaration litigieuse faite en ligne est illégale, satirique ou de mauvais goût mais malgré tout légitime du point de vue démocratique », a ainsi reproché à la loi NetzDG la secrétaire générale du parti libéral FDP Nicola Beer. Le FDP avait proposé avant Noël que la loi crée une autorité publique chargée de faire respecter le droit en ligne plutôt que de confier cette fonction à des entreprises privées. Pour Simone Peter, coprésidente des Verts, « il est inadmissible que des compagnies américaines comme Twitter exercent une influence sur la liberté d’expression et les libertés de la presse en Allemagne ». Quant à la chef du groupe parlementaire de Die Linke, Sahra Wagenknecht, elle parle « d’une gifle pour les principes démocratiques, car dans un Etat constitutionnel, ce sont les tribunaux et non pas des entreprises privées qui décident de ce qui est légal et de ce qui ne l’est pas ».

Dû au ministre d’Angela Merkel

Cette loi anti-liberté d’expression est l’œuvre du ministre de la Justice d’Angela Merkel, Heiko Maas, du parti social-démocrate (SPD). Pour M. Maas comme pour son parti, cette loi est nécessaire et n’aurait rien à voir avec la censure.

Les instances bruxelloises sont aussi à la manœuvre. Ainsi que le signalait le site Reinformation.tv le 10 janvier, la Commission européenne a rencontré mardi les représentants des géants américains de l’internet pour leur reprocher de ne pas enlever suffisamment vite les contenus jugés illicites. Pour les sites djihadistes, les pressions de la Commission sont certes légitimes et souhaitables, mais les notions de discours xénophobes, racistes ou haineux, également brandies par la Commission, sont malheureusement souvent instrumentalisées pour servir la censure politique. La Commission souhaite, si les fournisseurs d’accès internet n’accroissent pas rapidement leur censure, proposer au niveau européen une régulation qui pourrait suivre le modèle allemand. Voilà qui constituerait un complément efficace du dispositif de censure supposément dirigé contre les fausses nouvelles annoncé par Macron pour les périodes électorales. Le plus drôle, c’est que ce sont justement les censeurs de Bruxelles, Paris et Berlin qui accusent sans arrêt la Pologne et la Hongrie de porter atteinte à la démocratie, à l’État de droit et à la liberté des médias.

 Article publié dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99