6 juillet 2020

Pour la CEDH, les demandeurs d’asile seraient maltraités en France

Par Euro Libertes

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a condamné la France, jeudi 2 juillet, pour « les conditions d’existence inhumaines et dégradantes » de trois demandeurs d’asile.

Selon la juridiction européenne, les migrants seraient « victimes d’un traitement dégradant » par la France. Jeudi 2 juillet, la CEDH a statué sur la plainte de trois demandeurs d’asile, un Afghan, un Russe et un Iranien, âgés de 27, 33 et 46 ans. Pour l’institution basée à Strasbourg, ces trois individus ont été considérés comme « victimes d’un traitement dégradant témoignant d’un manque de respect pour leur dignité. »

Ces migrants étaient « contraints de vivre dans la rue » et étaient « privés de moyens de subsistance », rapporte Le Figaro. Pour la Cour européenne des droits de l’homme, « les autorités françaises ont manqué à leurs obligations », à l’encontre de ces trois migrants.

Trois migrants dédommagés

Si l’on en croit la décision de la juridiction, la France n’aurait jamais dû laisser ces trois requérants « vivre dans la rue, sans ressource, sans accès à des sanitaires, ni disposant d’aucun moyen de subvenir à leurs besoins essentiels et dans l’angoisse permanente d’être attaqués et volés », précise-t-elle dans son communiqué. La CEDH souligne également que ces trois migrants ont dû attendre un délai « très long » pour percevoir l’allocation temporaire d’attente (ATA), dédiée aux demandeurs d’asile en attente d’une réponse de la part des autorités. Pour les juges, cette attente a suscité « des sentiments de peur, d’angoisse ou d’infériorité, propres à conduire au désespoir », ont-ils apprécié.

La décision est irrévocable pour la Cour, qui a condamné « à l’unanimité » la France à allouer 10 000 euros à deux des requérants et 12 000 euros au troisième au titre du dommage moral, pour avoir violé l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme relative à l’interdiction des traitements inhumains et dégradants.

Des structures d’accueil saturées

Malgré cette condamnation sans appel, la Cour européenne des droits de l’homme a au moins reconnu « l’augmentation continue du nombre de demandeurs d’asile depuis 2007 », assurant être « consciente de la saturation des structures d’accueil ». Les juges ont également concédé « les efforts consentis par les autorités françaises pour créer des places d’hébergement supplémentaires et pour raccourcir les délais d’examen des demandes d’asile ». Mais ces efforts, coûtant plusieurs milliards d’euros chaque année ne semblent pas être suffisants pour la juridiction européenne.

En somme, la Cour européenne impose à la France de mener une politique de préférence étrangère et ne tient pas compte des avantages déjà nombreux réservés exclusivement aux sans-papiers. AME, soins gratuits, hébergement dans des hôtels aux frais du contribuable, les demandeurs d’asile paraissent moins à plaindre que de nombreux Français sans domicile fixe, ou des retraités ayant pourtant cotisé toute leur vie mais recevant bien moins d’aides de la part de l’Etat.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99