28 octobre 2019

La Suède « efface » son histoire

Par Jérémy Silvares Jeronimo

La Suède a longtemps fait rêver le reste des Occidentaux. Premièrement à cause des belles blondes suédoises,(1) archétype de la beauté nordique. On pourrait également évoquer le paradis de la social-démocratie, le pacifisme de la société suédoise, sa tolérance héritée du temps des Vikings.(2)

Les plus cultes vous diront que la Suède fût une grande puissance au XVIIe siècle, dominant toute la Scandinavie et les pays baltes. Les passionnés vous parleront des Vikings suédois, les Varègues, qui ont donné naissance au royaume de Rus, future Russie. Fini tout cela ! Oubliée la Suède nordique ! Oubliée la Suède européenne ! Il faut faire place à la nouvelle Suède, multiculturelle, multi-ethnique, multi-religieuse…

Les Varègues.

Les Varègues.

Cela fait assez longtemps que je m’intéresse à la société suédoise pour ne pas avoir été surpris quand j’ai lu que l’une des propositions présentées par le Conseil de l’éducation de Suède serait de renoncer à l’enseignement de l’Histoire au collège, de la préhistoire à 1700.(3)

Exit l’Antiquité Gréco-Romaine, donc la démocratie, la science et la philosophie grecques, tout comme le droit romain ; exit le temps des Cathédrales, de la paix de Dieu, le début des universités ; exit l’ère de la grande puissance suédoise du XVIIe siècle.

À la place, les élèves vont apprendre une vision postmoderne de la société. Études de genres, le colonialisme, l’esclavagisme (celui pratiqué par les Européens), le climat, l’immigration moderne, la IIe Guerre Mondiale, la Shoah, etc.

Bien sûr, je le répète, c’est seulement une des propositions, elle ne sera peut-être pas retenue, mais quand bien même, cela en dit long sur la mentalité des élites du grand royaume nordique.

Car dernièrement la Suède efface peu à peu son Histoire, et enseigne une autre Histoire, celle où les Occidentaux sont les grands méchants, où ils ont opprimé toute la Terre et maintenant doivent expier leurs péchés en acceptant toute la misère du monde. Il est complètement logique de ne pas enseigner les périodes de grandeur de l’Occident, cela pourrait rendre les élèves suédois de souche fiers de leur appartenance nationale, de leur culture, de leur Civilisation et leur insuffler un peu de patriotisme, ce vilain gros mot.

À l’époque de l’URSS, le sanguinaire Joseph Staline avait trouvé une bonne parade pour écraser toute volonté de se révolter chez les peuples « rétifs » au paradis (enfer) communiste : les déportations de masse. Un peuple qui a été déporté perd toute attache avec sa terre, et en perdant cette attache avec la terre de ses ancêtres, il n’a plus envie de se révolter pour son indépendance. Ces peuples sans attaches territoriales deviennent facilement plus malléables aux caprices des despotes.

À part les mercenaires ou les romantiques en manque d’aventure, la plupart des hommes ne vont pas prendre les armes pour défendre une terre (ou une cause) qui n’est pas la leur. Des Ukrainiens pouvaient se révolter pour protéger leur Ukraine natale, mais une fois déportés vers les steppes de Sibérie et les déserts du Kazakhstan, ils en perdaient toute envie.

Le pouvoir suédois ne peut pas déporter son peuple, encore moins le massacrer par millions à la manière d’un Staline ou d’un Mao. La déportation ne pouvant être physique, il y a une « déportation mentale », oserai-je dire, dont l’objectif est le même, retirer toute volonté au peuple autochtone de se révolter. Si physiquement les Suédois vivent toujours sur la terre de leurs ancêtres, mentalement ils n’y vivent plus. Ils ont peut-être oublié pour la plupart d’où ils viennent, logiquement ils ne savent pas qui ils sont. L’effet recherché est le même, aucun sentiment d’attachement territorial et culturel et par suite aucune volonté de se révolter contre une situation sociale injuste. Pourquoi un Suédois voudrait-il défendre son pays si celui-ci appartient à tout le monde ?

Pourtant, à y regarder de plus près, les Suédois auraient plein de raisons de se révolter. La criminalité, que ce soit les attaques à la bombe entre gangs, les crimes d’honneur, les viols, les vols à la tire, ont explosé, et malgré le chaleureux accueil des immigrés, les Suédois ont déjà subi des attentats islamistes.(4)

Voilà où ils en sont. Les élites suédoises ont finalement réussi là où Staline avait échoué. Car en 1991 les peuples de l’URSS (baltes, ukrainiens, biélorusses) se sont réveillés, révoltés et libérés. Et certains sont même revenus sur la terre de leurs ancêtres. Les Suédois sont en dormition. Cette nouvelle volonté d’effacer l’Histoire vise à en finir définitivement avec la Suède éternelle. Plus d’histoire, plus d’attache, plus de volonté de défendre sa patrie en cas de grave situation sociale. Juste au moment où l’effondrement de la Suède demande des patriotes d’un courage exceptionnel. Dans 20 ans et plus, la Suède s’appellera-t-elle encore la « Suède »…?

Notes

(1) Tant pis si les statistiques démentent le mythe des blondes… en majorité les Suédoises sont brunes.

(2) Selon Régis Boyer, spécialiste de la culture Viking, la société (et la religion) Vikings étaient non seulement tolérantes mais la société ignorait la violence gratuite et la torture. Voir le livre Les Vikings, Histoire, Mythes, Dictionnaire.

(3) Sources : (27/09/2019), Sweden could drop ancient history from school curriculum in favor of gender roles & postmodernism, RT, https://www.rt.com/news/469785-swedish-schools-drop-history-postmodernism/

(27/09/2019) Outrage Over Sweden’s ‘Absurd’ Plan to Delete Ancient History From School Curriculum, Sputnik News, https://sputniknews.com/society/201909271076901615-outrage-over-swedens-absurd-plan-to-delete-ancient-history-from-school-curriculum/

(4) Il y a un très bon documentaire sur la descente aux enfers de la Suède, réalisé par Russia Today, on peut le voir gratuitement sur youtube: Testing Tolerance: Swedes are saying ‘enough’, to immigrants, no-go zones, sharia law & gang rapes, lien: https://www.youtube.com/watch?v=dU8SoW_dTRo

Un autre documentaire, plus court celui-là, réalisé par PragerU, une organisation conservatrice américaine qui réalise des vidéos sur différents sujets de société : https://www.youtube.com/watch?v=QCE_vEdA9WU

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99