24 novembre 2019

La croisade pour l’Espagne

Par Euro Libertes

Il est compréhensible avec la tonne de nouveaux livres publiés chaque année en français que peu de lecteurs francophones s’intéressent à ce qui se publie en anglais. Par contre, il y a des fois où il vaut la peine de se pencher sur la production dans la langue de Shakespeare ; certaines œuvres n’ayant pas été traduites dans la langue de Molière. C’est le cas de Crusade in Spain du général Eoin O’Duffy, récemment réédité par les soins de Reconquista Press.

Alors qu’on vient d’exhumer la dépouille du général Francesco Franco de la Valle de los Caídos, on assiste à un nouveau procès historique de l’homme qui sauva l’Espagne de la dictature rouge. Les années ayant passé, peu se souviennent de ce que fut réellement cette guerre civile ou plutôt cette tentative ratée d’imposer un régime soviétique dans la péninsule ibérique.

Crusade in Spain relate l’histoire peu connue de la Bandera Irlandese, un bataillon composé d’Irlandais catholiques qui partirent combattre sous les ordres du général Francesco Franco. Répondant à l’appel d’Eoin O’Duffy, qui dirigeait alors le Parti national corporatiste, les combattants de la catholique Île d’Émeraude entendirent le cri de souffrance de l’Église espagnole, martyrisée par les rouges. De nos jours, on fait peu de cas des atrocités commises à l’encontre des Catholiques espagnols par les « démocrates », qui n’étaient démocrates et républicains que de nom, mais celles-ci avaient à raison horrifié la Chrétienté. Les histoires des innombrables églises détruites, des religieuses violées, des prêtres torturés et des fidèles assassinés soulevèrent un vent d’indignation à travers le monde.

On a souvent entendu parler des brigades internationales et de l’aide soviétique dans le camp « républicain », faussement présenté comme une coalition démocrate, ainsi que de l’appui de l’Allemagne et de l’Italie à la cause franquiste, mais la brigade irlandaise, peut-être parce qu’elle n’entre pas dans le schéma manichéen de l’historiographie moderne, a été peu étudiée. En fait, chez les francophones, hormis Christophe Dolbeau, auteur de Ce qu’on ne vous a jamais dit sur la guerre d’Espagne, peu d’historiens s’y sont intéressés.

Ils furent plus de 6 000 à répondre à l’appel d’O’Duffy et à se porter volontaires. Mais, l’Irlande, tout comme la France, la Grande-Bretagne et l’Union soviétique avaient signé un pacte de non-ingérence. Si l’URSS renia sa signature sans rougir, l’Irlande comptait respecter ses engagements, ce qui compliqua la levée d’une force irlandaise. Ils ne furent que 700 à rejoindre la péninsule ibérique pour prendre part aux combats, au nom de la religion et non pas d’une doctrine politique ; les volontaires irlandais, souvent des vétérans de la lutte d’indépendance, avaient des idéaux politiques bien différents les uns des autres.

La Bandera Irlandese opéra dans le secteur de Madrid, où périrent plusieurs de ces croisés de l’Île d’Émeraude venus défendre l’Église martyre. Après six mois sous le brûlant soleil espagnol, en mai 1937, les Irlandais reprirent la mer pour retourner chez eux. Ils n’avaient pas participé aux victoires décisives, mais leur présence aux côtés des Nationalistes, soient-ils militaires, carlistes ou phalangistes, rappela à ces derniers qu’ils n’étaient point seuls face à l’ogre rouge.

Pour son implication, O’Duffy reçut des félicitations officielles du Caudillo, mais aussi de l’archevêque de Tolède qui le remercia en 1939, parlant de « son admiration pour la noble et catholique Irlande, de laquelle l’Espagne reçut des encouragements et des preuves de sympathie durant les moments les plus durs de son combat pour la foi ».

Pour le général O’Duffy, ce combat pour l’Espagne catholique fut son chant du cygne. Après son retour au bercail, il ne relança pas le Parti national corporatiste dont il avait fait cesser les opérations pour se dévouer à la cause espagnole. Il mourut prématurément le 30 novembre 1944, à l’âge de 54 ans.

Crusade in Spain vaut donc la peine d’être lu en anglais, en l’absence de traduction, en attendant une biographie sur cet Irlandais atypique que fut Eoin O’Duffy. Cet ouvrage qui n’est pas un journal de tranchée, mais l’histoire de la Brigade nous rappelle en outre les causes de cette révolution manquée que fut la Guerre civile espagnole, ce dont les journalistes qui ont traité de l’exhumation de Franco ne semblent pas se souvenir.

Crusade in Spain, Eoin O’Duffy, Reconquista Press, 2019, 213 p.

 Crusade in Spain, général Eoin O’Duffy (Reconquista Press).

Crusade in Spain, général Eoin O’Duffy (Reconquista Press).

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99