22 mars 2019

Hélie Denoix de Saint Marc, entre honneur et sainteté

Par Fabrice Dutilleul

Entretien avec Jean-Pierre Brun, auteur de Hélie Denoix de Saint Marc, entre honneur et sainteté (éditions Dualpha) (propos recueillis par Fabrice Dutilleul).

« Denoix de Saint Marc s’inscrivait-il
dans la lignée d’un Du Guesclin, d’un Bayard
ou bien dans celle d’un Louis IX ou d’une Jeanne d’Arc ? »

Pourquoi cet ouvrage sur Hélie Denoix de Saint Marc et que peut-il apporter de nouveau, alors que le commandant s’est livré sans tricher dans ses livres ?

J’ai eu l’occasion, avant même les funestes journées de juillet 1962 qui ont scellé définitivement le sort de l’Algérie française, de rencontrer certains de ses compagnons d’armes notamment des hommes qui avaient servi sous ses ordres. Il ressortait de nos échanges une constante dans les impressions laissées par le commandant : il semblait émaner de lui un charisme d’une rare nature, mais laquelle ? C’est ce qui m’intriguait.

Justement, ce charisme que vous évoquez, n’est-il pas ce qui différencie un officier lambda d’un chef au sens plein du terme ?

C’est vrai, mais concernant Saint Marc, j’avais l’indéfinissable impression que ce charisme dépassait largement celui d’un chef militaire. Ce n’est que beaucoup plus tard que s’est précisé à mes yeux ce qui lui donnait une aura bien spécifique.

Le Commandant est resté muet de longues années après son élargissement de la prison de Tulle, jusqu’à la publication du livre que lui a consacré Laurent Beccaria et avant qu’il n’entreprenne son œuvre littéraire. Ces ouvrages ont-ils ouvert cette porte qui vous interdisait jusqu’alors l’accès à la véritable intimité de l’homme ?

Qu’ils aient permis d’affiner ma perception du personnage certes, mais je dirai que c’est au contact de ses pairs et de ses codétenus, à la faveur de la lecture des mémoires de certains d’entre eux, d’ouvrages de journalistes et d’historiens, français ou étrangers d’ailleurs, que s’est dissipé à mes yeux ce halo qui troublait sa véritable image. Sa réputation privilégiait de prime abord un profil de preux chevalier, mais il y avait autre chose. Me référant à cette chevalerie qui avait nourri mon enfance, il m’est venu un rapprochement audacieux sinon saugrenu : Saint Marc s’inscrivait-il dans la lignée d’un Du Guesclin, d’un Bayard ou bien dans celle d’un Louis IX ou d’une Jeanne d’Arc ?

La réponse à cette dernière question, pour le moins inattendue, donnerait-elle au personnage une dimension quasi mystique ?

Effectivement, et c’est ce qui est devenu l’axe de mon travail. En déclinant la pratique par le commandant de ce que certains appellent les vertus civiques, mais qui pour d’autres, complétées et précisées, deviennent les vertus chrétiennes, sa personnalité m’est apparue dans toute sa plénitude mais aussi sa complexité.

Cela me permet aujourd’hui de délivrer le secret de cet indiscutable rayonnement qui se perpétue, notamment auprès de la jeunesse. Sa source réside curieusement dans sa simplicité, son humilité, ses doutes permanents, son attachement indéfectible à la vérité et sa perpétuelle attention à autrui notamment aux plus petits, lui qui confessait éprouver un amour fraternel voire paternel, pour ses légionnaires.

Au sortir d’une jeunesse algérienne et de l’avortement d’une vocation militaire qui a irrémédiablement fait « putsch » en 1961, Jean-Pierre Brun, s’est reconverti en juriste de terrain pour faire carrière dans l’industrie avant de terminer sa vie professionnelle comme délégué général d’un syndicat national patronal. Son humeur on ne peut plus vagabonde enfin retrouvée, il peut désormais s’adonner à sa vraie passion : l’Histoire et l’Algérianisme.

Hélie Denoix de Saint Marc, entre honneur et sainteté de Jean-Pierre Brun, Préface de Père Christophe Kowalczyk, aumônier catholique du 2e REI, 208 pages, 25 euros, éditions Dualpha, collection « Vérités pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Hélie Denoix de Saint Marc, entre honneur et sainteté,  Jean-Pierre Brun (éditions Dualpha).

Hélie Denoix de Saint Marc, entre honneur et sainteté, Jean-Pierre Brun (éditions Dualpha).

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99