23 septembre 2017

« C’était en septembre »

Par Richard Dessens

 

Que s’est-il passé en Europe un mois de septembre ? L’occasion de se rappeler ou de commémorer les évènements importants qui ont marqué l’Histoire de l’Europe, dans sa grandeur autant que dans ses crises et ses malheurs.

Les fêtes « nationales » tout d’abord : la Slovaquie, membre du Groupe de Visegrad, célèbre sa « fête de la Constitution » de 1992 le 1er septembre (Fête Nationale le 1er janvier). La Macédoine célèbre sa Fête de l’Indépendance le 8 septembre (8 septembre 1991, la Macédoine se sépare de l’ex-Yougoslavie), et Malte la sienne le 21 septembre (le 21 septembre 1964, Malte acquiert son indépendance de la Grande Bretagne).

Septembre a aussi vu défiler des évènements majeurs pour l’Europe :

– Le 14 septembre 1351, Winrich von Kniprode est élu Grand Maître de l’Ordre Teutonique. Son « mandat » marque l’apogée des Chevaliers Teutoniques et leur domination à l’Est.

– Le 22 septembre 1499, la Suisse arrache son indépendance au Saint Empire… et le 14 septembre 1515, après la célèbre bataille de Marignan, sa neutralité est reconnue. Jusqu’à aujourd’hui. Quinze ans à peine pour passer de l’indépendance à la neutralité, voilà une réussite et une vision politique encore inégalées…

– Le 19 septembre 1648, Blaise Pascal découvre le vide suite à une expérience sur le Puy de Dôme. Mathématicien, physicien, philosophe et janséniste aussi, Pascal est également l’auteur des « Pensées » en 1669. Sa découverte du « vide » un 19 septembre ne peut que laisser rêveur et affligé que celui-ci se soit tant répandu dans les pensées de nos politiques…

– Le 24 septembre 1724, Louis XV crée la Bourse de Paris, premier temple de la Finance. Cette Bourse, devenue Euronext le 22 septembre 2000, nous donne le niveau du CAC 40 tous les jours, et a été délocalisée dans la banlieue de Londres… Triste fin, triste capitalisme internationalisé et mondialisé.

– Le 21 septembre 1792, la République est proclamée par la Convention nationale, et la royauté abolie. Début du calendrier révolutionnaire : An I de la République. Jour de deuil pour les monarchistes, triomphe des Lumières. Un bain de sang commence.

– Le 5 septembre 1905, après le désastre naval de Tsushima, le traité de Portsmouth met fin à la guerre russo-japonaise. Pour la première fois, une puissance occidentale est vaincue par une puissance asiatique. Début d’une longue série… en attendant la suivante ?

– Le 18 septembre 1914, la Home Rule accorde une première indépendance, limitée, à l’Irlande. La guerre menée par le Sinn Fein puis par l’IRA durera jusque dans les années 2000. Triste histoire. Pauvre Irlande.

– Le 30 septembre 1938, ce sont les accords de Munich avec Hitler, Chamberlain (GB) et Daladier (France). Ou quand la lâcheté des uns fait le bonheur de l’autre.

– 27 septembre 1940, signature du Pacte Tripartite entre l’Allemagne, l’Italie et le Japon. L’Union soviétique aurait été envisagée pour rejoindre cette alliance de circonstances.

– 17 septembre 1948, le comte Folke Bernadotte, médiateur de l’ONU chargé du (premier) dossier israelo-palestinien, suite à la récente création de l’État d’Israël le 14 mai, est assassiné par des membres du groupe terroriste Stern, le plus radical des mouvements armés juifs. Folke Bernadotte avait pourtant été l’homme qui avait fait libérer 15 000 prisonniers des camps de concentration pendant la guerre. Assassinat oublié et impuni qui rappelle les origines terroristes de l’État d’Israël. Triste mémoire. Triste histoire.

Rendez-vous en octobre pour en connaître l’histoire et ses vicissitudes…

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.