16 septembre 2018

Vostok 2018 : droit vers l’est !

Par Richard Dessens

Lorsque la 2e puissance industrielle du monde s’allie avec ostentation à la 2e puissance militaire du monde, il y a de quoi se poser des questions très inquiétantes sur fond d’un contexte brûlant au Moyen-Orient.

Ainsi du 11 au 17 septembre se déroulent des manœuvres sous le nom de « Vostok-2018 ». Vostok signifie « Est » en russe, et c’est donc vers son flanc oriental que l’armée russe déploie cette fois hommes et matériel pour ces « jeux de guerre » annuels qui inquiètent de plus en plus les pays occidentaux.

Des moyens et des effectifs gigantesques, de l’aveu même du ministère russe de la Défense, qui évoque les manœuvres les plus importantes depuis la guerre froide.

« Ces manœuvres mobiliseront au total 297 000 hommes (dont 6 000 parachutistes), plus d’un millier d’avions, d’hélicoptères et de drones », détaille Valeri Guerassimov, chef d’état-major de l’armée russe.

« Nous allons déployer jusqu’à 36 000 blindés, véhicules d’infanteries et de transports de troupes… et jusqu’à 80 navires. En amont, les unités seront transportées sur des distances allant jusqu’à 7 000 km, sur terre, et jusqu’à 4 000 milles sur mer ».

Du jamais vu ! Surtout si l’on considère que le plus gros des forces armées russes reste positionné sur la frontière européenne et face à l’Ukraine. Ukraine, berceau historique de la Russie, qui reste un gros point d’interrogation pour les mois à venir et une épine dans le pied de la Russie. Or, quand on sait comment la Russie peut se débarrasser d’une épine… tout est à redouter.

Outre la participation de quelques milliers d’hommes des armées chinoise et de Mongolie Extérieure, indiquant une étroite collaboration militaire notamment entre les deux puissances, ces manœuvres « droit vers l’est » complètent les projets économiques récents à travers le « Grand Partenariat Eurasiatique » initié par la Russie. Après le renforcement économique, l’alliance militaire. La Turquie est également invitée à cette démonstration de force, en plus de la centaine d’observateurs majoritairement occidentaux pour leur édification salutaire. Le Japon, malgré des travaux d’approche vis-à-vis de la Russie, est resté écarté de l’évènement, comme il fallait s’en douter.

En outre, la Russie, à propos de Vostok 2018, affirme sa détermination d’éradiquer les mouvements islamistes terroristes, d’accord avec la Chine, qui pullulent dans les ex-Républiques soviétiques au sud de la Russie. La Russie combat ainsi vigoureusement le terrorisme quand l’Occident fait tout depuis 20 ans pour déstabiliser des régimes politiques « non conformes aux droits de l’homme » pour favoriser l’implantation des Islamistes… beaucoup plus conformes aux valeurs de la DUDH…

Vostok 2018 se déroule juste après la Conférence tenue à Téhéran le 7 septembre entre la Russie, l’Iran et la Turquie à propos de l’affaire d’Irak. La diplomatie russe est particulièrement active depuis quelques mois et tisse un réseau d’alliances qui, pour être hétéroclites, rassemblent de nombreux adversaires plus ou moins déclarés de la politique des USA et de ses alliés européens.

De surcroît, le 11 septembre, jour du début des manœuvres, le Conseil de Sécurité de l’ONU renforce ses menaces contre l’Irak et la Russie à propos de l’offensive contre l’Idleb, offensive qualifiée de « catastrophe humanitaire » par l’Occident. Le Conseil élève même son niveau de menace au-delà de la prétendue « ligne rouge » concernant l’utilisation des armes chimiques, pour interdire toute offensive dans l’Idleb ! L’ambassadeur de Russie a élevé une vive protestation contre cette ingérence dans les « affaires d’un État souverain et la Russie indirectement, menant non pas une action de guerre mais un combat antiterroriste ».

En outre de forts soupçons pèsent sur des préparatifs de fausses attaques chimiques manipulées par les Islamistes avec peut-être l’aide discrète des Occidentaux, pour fabriquer un prétexte d’intervention en Irak. Les plus beaux jours de la Guerre Froide sont revenus dans une guerre devenue de plus en plus chaude.

La Russie envoie un message clair aux USA dans leur politique étrangère qui domine le Monde depuis la chute de l’URSS. Il va falloir composer devant l’émergence d’un front qui rééquilibrerait l’ordre politique mondial, au grand dam des USA et de ses alliés.

Le retour tonitruant de la Russie au premier plan de la scène internationale, tendant à façonner un nouvel ordre mondial fondé sur d’autres intérêts que ceux des USA seuls, ne peut manquer de provoquer des craintes sérieuses sur la paix mondiale, apanage des USA au prix d’interventions tous azimuts depuis 25 ans.

L’Europe doit-elle toujours suivre servilement le gendarme américain à tout prix ou enfin envisager, elle aussi, une politique nouvelle, réaliste et surtout autonome servant ses intérêts continentaux géopolitiques futurs ?

On peut douter de dirigeants comme Macron/Merkel pour y parvenir…

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99