26 mars 2017

Trump-Merkel : je te déteste moi non plus

Par Philippe Randa

 

Le président Donald Trump n’a pas mâché ses mots en tweetant que l’Allemagne avait quelques retards dans le paiement de sa cote-part à l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) : « Les États-Unis doivent être plus payés pour la défense très puissante et très coûteuse qu’ils fournissent à l’Allemagne. »

Une véritable sommation qui rappelle celle de Margaret Thatcher à l’Union européenne : « Je veux qu’on me rende mon argent » (I want my money back).

Venant justement de la rencontrer pour des échanges qu’il a pourtant indiqués « excellents » – mais jugés « tendus » par d’autres observateurs –, en voudrait-il donc à Angela Merkel de ne cesser, depuis son élection, de mettre en garde le Monde entier contre lui ? Il faut croire…

Ce différent financier serait sans grande conséquence en d’autres temps, mais Martin Schulz, ancien Président du Parlement européen, est devenu à la surprise générale le leader du SPD en vue des élections fédérales allemandes du 24 septembre prochain ; il prend alors une toute autre importance.

Car on assiste outre-Rhin à une « Shulzmania » inattendue qui progresse de sondage en sondage : à 20 % en janvier, le SPD est maintenant crédité de plus de 30 %…

Depuis sa politique si décriée l’année dernière d’ouverture des frontières à l’invasion migratoire – et poursuivie, certes plus discrètement, en 2017 – Angela Merkel doit également faire face à la montée dans les urnes de l’AfD… Il n’est donc pas certain que l’électorat droitier qui la soutient encore apprécie énormément qu’elle se soit ainsi mise à dos le 45e Président des États-Unis !

Et celui-ci sait comment on gagne – ou que l’on fait perdre – une élection !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.