5 mars 2017

L’Union européenne doit créer sa propre armée…

Par Gerard Dussouy

Source : RT SEPA MAS « Basta de alimentar a EE.UU : politico austriarco pide acabar con la dependencia militar de la OTAN ». Repris dans www. eurHopethinktank.eu.

(Traduction de Gérard Dussouy).

Le politicien autrichien populiste Heinz Christian Strache, leader du Parti de la Liberté (FPÖ) s’élève contre la soumission de l’Europe à l’OTAN et plaide pour la création d’une armée paneuropéenne, dans une interview accordée au journal autrichien Kleine Zeitung (du 26 février 2017 : Strache will nun doch eine EU-Armee mit Atomwaffen).

Selon ses termes, il faut « tirer parti » des réticences du président américain Donald Trump à maintenir le financement américain de l’Alliance Atlantique.

Un projet défensif

Le politicien autrichien souligne qu’il soutient un projet défensif, et non pas offensif, auquel sont susceptibles de collaborer les États qui, aujourd’hui, aspirent à devenir membres de l’OTAN.

« Nous avons deux tâches principales : réguler l’économie et assumer la défense. Ce sont là les deux piliers, tout le reste est secondaire ». De surcroît, Strache affirme que les armes nucléaires doivent être une partie intégrante de la défense européenne et qu’il faut prendre en compte les arsenaux nucléaires des rares pays européens qui en possèdent un (comme c’est le cas de la France).

Être amis de la Russie.

Au lieu « d’une OTAN subordonnée aux États-Unis », le leader du FPÖ invite à l’union des forces des États européens pour constituer un système de défense indépendant de Washington : « Si nous créons une armée européenne, nous pouvons nous protéger nous-mêmes ». À cette fin, Strache affirme que le moment est venu de sortir de l’alliance militaire et de poser les bases de l’armée communautaire. Ce qui se conçoit comme « un pas concret à moyen terme. »

Dans le cas contraire, nous resterons sous le mandat des États-Unis qui ne cherchent qu’à nous faire payer pour le service de leurs propres intérêts et pour le financement de leur industrie militaire. Il faut donc arrêter de nourrir les États-Unis, assure le successeur de Jorg Haider.

Tous les conflits des pays européens avec la Russie peuvent être résolus par la voie diplomatique, précise-t-il, tout en prévenant Bruxelles que « l’on ne doit pas tomber dans l’isolement, consécutivement à la critique de la Russie et du président Trump ». Strache ajoute enfin que pour créer une « Europe continentale forte », il faut organiser une zone de libre-échange avec la Russie.

Note du traducteur (Gérard Dussouy) : Cette opinion d’un populiste aux portes du pouvoir en Autriche (élections législatives en 2018, pour lesquelles le FPÖ est donné favori) tranche avec celle de ses homologues français. Elle relève d’une vision réaliste de la situation de l’Europe, et elle confirme que le renouveau et la réorientation de la construction de l’Europe peuvent venir de l’Est du continent et cela, au besoin dans un premier temps, sans la France ! Elle est en adéquation avec les propositions que nous avons défendues par ailleurs.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.