Pour la diplomatie française, espagnole ou australienne, la MacĂ©doine n’existe pas. Le territoire le plus mĂ©ridional issu de l’éclatement de la Yougoslavie qui correspond au large bassin hydrographique du fleuve Vardar s’appelle en anglais FYROM ou, en français, ARYM, soit « ancienne rĂ©publique yougoslave de MacĂ©doine ». Candidate Ă  l’Alliance Atlantique, son admission est reportĂ©e sine die, suite Ă  l’opposition farouche de la GrĂšce.

En effet, AthĂšnes n’apprĂ©cie pas que la capitale Skopje se couvre de monuments et de symboles Ă  la gloire d’Alexandre le Grand. Les Grecs craignent que les MacĂ©doniens revendiquent les rĂ©gions hellĂšnes de la MacĂ©doine Ă©gĂ©enne dont Thessalonique est la ville principale. Par ailleurs, la MacĂ©doine historique dĂ©fendue Ă  la fin du XIXe siĂšcle par les comitadjis de l’ORIMA (Organisation rĂ©volutionnaire intĂ©rieure macĂ©donienne et andrinopolitaine) qui firent les premiers attentats modernes, s’étend Ă  l’Est au Pirin bulgare et, Ă  l’Ouest, au Prespa albanais.

Outre les tensions avec AthĂšnes, la MacĂ©doine se heurte Ă  sa puissante minoritĂ© albanaise (25 %). En dĂ©cembre 2016, des lĂ©gislatives anticipĂ©es virent le parti au Pouvoir, les conservateurs pro-russes, remporter de justesse les Ă©lections contre l’opposition sociale-dĂ©mocrate pro-occidentale aidĂ©e en l’occurrence par divers partis de la minoritĂ© albanaise. Ceux-ci souhaiteraient participer au gouvernement et imposer l’albanais comme seconde langue officielle du pays.

Forts du prĂ©cĂ©dent du Kosovo voisin, les Albanais de MacĂ©doine exigent en outre une large autonomie interne, prĂ©alable Ă  terme d’un Ă©ventuel rattachement Ă  l’Albanie qui deviendrait ainsi la « Grande Albanie ethnique ».

Dans ce contexte dĂ©licat s’ajoutent les manƓuvres de certaines officines soutenues par l’ineffable George Soros, qui tentent de fomenter une nouvelle rĂ©volution colorĂ©e.

Pour l’instant, le prĂ©sident Gjorge Ivanov refuse toute coalition gouvernementale qui inclurait des irrĂ©dentistes albanais et maintient le gouvernement d’Emil Dimitriev.

Un subtil jeu d’influences et de contre-influences se dĂ©roule donc en MacĂ©doine entre la Serbie, la Bulgarie, la GrĂšce et l’Albanie avec, en coulisses, les pressions discrĂštes de Washington, de Bruxelles, de l’OTAN et de la Russie. La MacĂ©doine est l’exemple mĂȘme des enjeux gĂ©opolitiques dans les Balkans.

Bonjour chez vous !

Cette chronique hebdomadaire du Village planétaire a été diffusée sur Radio-Libertés, le 30 juin 2017.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Georges Feltin-Tracol

Georges Feltin-Tracol, écrivain et collaborateur de nombreuses revues (notamment "Réfléchir & Agir") et site internet ; chroniqueur sur "Radio Libertés". Il se désigne aussi parfois comme un traditionaliste post-moderne ou un archéo-futuriste.

Articles similaires