21 octobre 2016

Clinton, Trump et l’Europe

Par Aristide Leucate

Vue du continent européen, force est de constater que la prochaine élection présidentielle américaine « Trump énormément », pour sacrifier à un jeu de mots aussi plaisant et facile que révélateur, au fond, de l’incompréhension systématique dont font preuve les hiérarques européens à l’égard du Grand Sam.

Si la victoire d’Hillary Clinton est fortement souhaitée de ce côté-ci de l’Atlantique, celle de Donald Trump n’est cependant pas à exclure trop vite. Alors même que ses conclusions semblent frappées du même biais idéologique, l’un des récents rapports du Conseil européen des relations internationales (ECFR), think-tank pan-européen créé en 2007, tente de jauger les deux scénarios.

Il en ressort, notamment, que Trump comme Clinton sont déterminés à recentrer leur politique sur les affaires intérieures des États-Unis. En dépit de leurs notables divergences de forme et de fond, les deux candidats adoptent, concernant l’Europe, une attitude beaucoup plus circonspecte, ce d’autant que cette dernière continue à vouloir attendre beaucoup de ses relations avec Washington.

« Si Clinton représente une menace moins existentielle pour l’alliance transatlantique, les chefs de gouvernements européens ont cependant tort de considérer que la relation ne va subir aucune transformation si elle accède à la Maison Blanche et que les États-Unis vont continuer d’incarner l’éternel protecteur de l’Europe. Clinton est soumise aux mêmes forces politiques que Trump, ce qui signifie que peu importe celui qui l’emporte, les États-Unis vont très probablement réduire leur soutien militaire à l’Europe », relève l’ECFR.

On voit, ici, les limites d’un exercice diplomatique ayant consisté, durant des décennies, à indexer les relations internationales de l’Union européenne (et de ses États membres) sur les intérêts américains. L’Europe se retrouve aujourd’hui à la croisée des chemins : renforcer un système d’alliances américano-européen déjà hégémonique ou se condamner à en nouer d’autres, hypothèse assez peu vraisemblable – bien que non irréversible –, pour l’heure, compte tenu du glacis idéologique dans lequel Bruxelles et les principales chancelleries européennes tiennent la Russie.

À tout le moins, et parce que tout se monnaye du côté de l’East River, Trump, nouvellement élu ne manquera pas de négocier un meilleur accord pour Washington, « qui reposerait sur une contribution financière de la part des alliés européens en échange du privilège d’être protégé par les États-Unis. En cas de manquement à leurs obligations, les États en question ne bénéficieraient alors plus de cette protection », souligne l’ECFR.

Quant à Clinton, sa « poutinophobie » hystérique, contribuera à entretenir, sinon à durcir l’inimitié que les Européens nourrissent à l’encontre du chef d’État russe, celui-ci n’étant d’ailleurs pas en reste vis-à-vis de celle qu’il accuse personnellement « d’encourager les manifestations de défiance à l’égard de son gouvernement et continue de lui en vouloir jusqu’à ce jour », rappelle encore l’ECFR. En outre, peut-on raisonnablement augurer que l’ancienne Secrétaire d’État ne fera guère preuve de tendresse dans les négociations en cours du futur traité de libre-échange transatlantique (TAFTA).

Mais, finalement, n’assisterait-on pas, là, à une reviviscence de la fameuse « Doctrine Monroe » ? En réactualisant la déclaration énoncée en 1823 par l’ancien président des États-Unis, cela pourrait donner ceci : « à l’égard des […] actuelles […] puissances européennes, […] nous n’interviendrons pas. Mais à l’égard [de notre] gouvernement […] nous ne pourrions considérer aucune intervention d’une puissance européenne […] que comme la manifestation d’une position inamicale à l’égard des États-Unis. »

Avec toutes les préoccupations méthodologiques qui s’imposent – dans la mesure où le géant américain a toujours fait en sorte que les intérêts des autres nations se conjuguent à l’impératif catégorique de ses propres intérêts, convaincu des qualités mélioratives du régime américain pour le reste du monde –, la thèse reste à méditer.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.