16 septembre 2017

Brèves d’Europe mi-septembre 2017 (01)

Par Patrick Parment

 

Union européenne. La Cour de justice de l’Union européenne a réaffirmé le principe de la solidarité entre Européens face à l’accueil des réfugiés. La plus haute juridiction de l’UE a rejeté les recours de deux États membres, la Slovaquie et la Hongrie, contre un mécanisme adopté par le Conseil, qui prévoyait une « relocalisation » obligatoire de demandeurs d’asile arrivés en Grèce et en Italie.

L’arrêt des juges de Luxembourg ne clôt pas les contentieux juridiques entre Européens. En juillet, la Commission a envoyé à la Hongrie, à la Pologne et à la République tchèque un « avis motivé » concernant leur refus total de participer à la relocalisation. C’est la deuxième étape d’une « procédure d’infraction » ouverte à l’encontre de ces pays.

Les pays d’Europe centrale et orientale refusant de parler de quotas de réfugiés tant que l’Europe ne se sera pas barricadée à ses frontières extérieures. La Hongrie et ses alliés acceptent l’idée d’une aide humanitaire et logistique aux pays de première ligne, mais rien de plus, ce qui est jugé inacceptable par Rome ou Berlin.

Suisse. Dans le magazine protestant Réformés, on apprend que l’Université de Genève propose une « formation continue destinée aux imams ». L’article, rédigé dans une belle langue de bois anesthésique, précise que l’initiative répond à une sollicitation de la communauté albanophone locale, nous promet « une approche historico critique de l’islam », et sous-entend, comme il se doit, qu’elle représente une garantie de modération et de respect des « valeurs démocratiques. »

Italie. Le maire de Venise Luigi Brugnaro n’est certes pas politiquement correct. Il a déclaré, faisant référence aux attentats de Barcelone, que si quiconque criait « Allahu Akbar » à Venise, « les autorités l’enverraient directement vers Allah. »

Le maire de Venise Luigi Brugnaro.

Le maire de Venise Luigi Brugnaro.

Soucieux d’être bien compris, il a précisé : « Si quelqu’un court sur la place Saint-Marc en criant « Allahu Akhbar », nous l’abattrons. Il y a un an, j’ai dit que nous le ferions après qu’il aura fait quatre pas, aujourd’hui je dis que nous l’abattrons après trois. »

Espagne. Le Parlement de Catalogne, dominé par les indépendantistes, s’apprêtait mercredi à voter une loi organisant un référendum d’autodétermination interdit, un « coup de force » selon Madrid, qui prépare tout un arsenal juridique pour empêcher ce scrutin.

« C’est un coup de force contraire à la démocratie », a immédiatement réagi à Madrid la vice-présidente du gouvernement Soraya Saenz de Santamaria, si mécontente qu’elle a failli s’étrangler.

Angleterre. Ce lundi 4 septembre, Kate et William annoncent qu’ils attendent un troisième enfant. « La reine et les membres des deux familles sont ravis de cette nouvelle », peut-on lire dans le communiqué officiel diffusé tôt ce matin par le palais de Kensington.

Le rédacteur en chef du magazine GQ, Dylan Jones, va publier sous peu une bio du chanteur David Bowie où l’on apprend qu’outre les orgies sexuelles et la prise massive de cocaïne, Bowie était fasciné par le nazisme. Rappelons que les Stones, Mick Jagger en particulier, étaient de grands amis de Leni Riefenstahl.

La police britannique a arrêté quatre hommes, des soldats actifs de l’armée, suspectés d’être membre de l’organisation néonazie National Action, interdite en décembre 2016. « Il n’y avait pas de menace imminente pour la sécurité publique », précise les argousins.

Allemagne. Le débat télé entre Angela Merkel (CDU) et son concurrent M. Schulz (SPD) a montré une fois de plus la domination de la chancelière. Moins qu’un débat, ce fut une causerie où les deux protagonistes étaient le plus souvent d’accord. Notamment sur le refus de l’entrée de la Turquie dans l’UE.

Même sur les questions sociales, terrain sur lequel le programme de M. Schulz est plus précis et plus ambitieux, ils n’ont pas réussi à se différencier.

Le débat a aussi déçu les éditorialistes. « Un duel pour dormir », a regretté Jasper von Altenbockum, de la Frankfurter Allgemeine Zeitung ; « Un duel gâché », selon Heribert Prantl, de la Süddeutsche Zeitung ; « L’automne arrive », a commenté plus métaphoriquement Mariam Lau, dans Die Zeit, déplorant qu’aucun des deux candidats n’ait avancé la moindre idée neuve.

Merkel a franchi un pas supplémentaire dans l’affrontement qui l’oppose à Erdogan. Elle a déclaré qu’elle voulait qu’on en finisse définitivement avec la candidature turque à l’Union Européenne. Pour elle, c’est clair : « La Turquie ne doit pas devenir un membre de l’Union Européenne. »

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.