8 janvier 2018

Brèves d’Europe – janvier 2018 (01)

Par Patrick Parment

 

Union européenne. L’année qui s’ouvre sera des plus dynamiques pour la Commission européenne sur le plan de la politique commerciale de l’Union européenne. L’UE est parvenue à conclure un accord de libre-échange avec le Japon au début du mois dernier. Comme il est de compétence exclusive, l’accord n’aura pas besoin d’être ratifié par les parlements nationaux et régionaux des États membres européens.

Vigilance à l’égard de la Chine qui pratique le dumping économique. Sur les 144 taxes antidumping et antisubventions instaurées par l’Union européenne, 94 visent des produits chinois. La Russie arrive en deuxième position.

Russie. Au moins dix personnes ont été blessées le 29 décembre dans l’explosion d’une bombe artisanale dans un supermarché de Saint-Pétersbourg, théâtre d’un attentat meurtrier en avril, entraînant l’ouverture d’une enquête pour « tentative d’homicide ».

Le président russe Vladimir Poutine a appelé son homologue américain Donald Trump à une « coopération pragmatique » à l’occasion de ses vœux de Nouvel an, fait savoir le Kremlin. Selon Vladimir Poutine, « le respect mutuel » devait constituer « une base au développement des relations » entre les deux pays. « Cela devrait nous permettre d’avancer vers une coopération pragmatique, orientée sur le long terme. »

Succès pour Vladimir Poutine. L’inflation s’est établie à 2,5 % en 2017 soit le plus bas niveau jamais enregistré depuis la chute de l’URSS. Le faible niveau d’inflation, qui dépasse les attentes des économistes comme des autorités, est donc présenté comme une nouvelle rassurante à moins de trois mois de la présidentielle.

Italie. Le président de la République Sergio Mattarella a dissous le Parlement qui arrivait bientôt en fin de mandat, lançant officiellement la campagne pour les élections législatives, fixées au 4 mars.

Espagne. Carles Puigdemont a exigé, dans ses vœux prononcés depuis Bruxelles, une négociation politique, après les élections
du 21 décembre, et la restauration par Madrid de son gouvernement destitué.

Décès à Madrid de Carmen Franco, marquise de Villaverde, la fille unique de l’ex-chef d’Etat espagnol à l’âge de 91 ans. Le 11 avril 1950, elle épousa le marquis Cristobal Martinez-Bordiù, célèbre chirurgien, à qui elle donna sept enfants. Elle était la grand-mère du prince Louis de Bourbon, actuel prétendant légitimiste au trône de France.

Allemagne. La police a porté plainte contre la députée de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) Beatrix von Storch, auteur d’un message soi-disant islamophobe. La députée s’étonnait que la police de Cologne ait publié des messages de bonne année en arabe. « S’adresse-t-elle par ce biais aux hordes d’hommes barbares, musulmans et violeurs pour chercher à les amadouer ? » s’interrogeait-elle.

Selon les chiffres publiés par l’Office fédéral de la statistique (Destatis), la première économie européenne dénombrait 44,3 millions d’actifs l’an passé en moyenne, soit 1,5 % ou 638 000 personnes de plus qu’en 2016. Un record à plus d’un titre. « Il s’agit de la plus forte progression (annuelle) depuis 2007 », souligne-t-on.

Le ministère allemand de la Famille a commandé une étude sur le cas de la Basse-Saxe – qui s’étend de Brême à Göttingen – à l’ancien ministre de la Justice de ce Land. Celui-ci lie directement l’explosion du nombre de violences de 2014 et 2016 à l’arrivée massive de migrants. Comme le rapporte Le Spiegel, 92,1 % des crimes et délits constituant cette hausse sont le fait de migrants.

Danemark. Les quelque 21 000 réfugiés syriens arrivés au Danemark depuis l’éclatement de la guerre civile en 2011 ont peu d’espoir d’une nouvelle vie dans le royaume scandinave. En effet, selon le Premier ministre danois, Lars Loekke Rasmussen, « les nombreux réfugiés de guerre syriens qui ont cherché refuge chez nous doivent retourner chez eux dès que les conditions le permettront. »

Hongrie. « Il est évident que les Européens ne veulent pas d’immigration alors que plusieurs dirigeants européens continuent à faire pression en faveur d’une politique d’immigration ratée », a assuré Viktor Orban.

Il a appelé l’Europe à « stopper le flux migratoire ». Il a également profité de l’occasion pour rappeler que, selon lui, la politique des quotas de migrants fixés par l’UE contrevenait à la souveraineté des États.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99