22 mai 2020

Brèves d’Europe

Par Patrick Parment

Union européenne. La Cour de justice de l’Union européenne s’est dite « seule » compétente pour juger de la conformité des actes des institutions de l’Union, dont ceux de la Banque centrale européenne. Le 5 mai, la justice allemande avait sommé la BCE de rendre des comptes.

La Commission européenne envisage en effet des sanctions contre l’Allemagne après l’arrêt rendu par la Cour suprême allemande sur les rachats de dettes de la Banque centrale européenne. L’arrêt de Karlsruhe remet en effet en question la primauté du droit européen. « Il y a là un risque systémique », estime un diplomate européen.

La Russie représente 30 % des importations de pétrole de l’Union européenne. C’est 9 % pour l’Irak et 7,5 % pour l’Arabie saoudite.

Allemagne. Si l’Allemagne se désengage de l’aventure européenne perçue par la Cour constitutionnelle comme une menace pour les intérêts allemands, l’UE et donc l’euro n’y survivraient pas, sa solidarité financière étant indispensable pour espérer surmonter la profonde récession qui s’annonce. Angela Merkel a renouvelé sa confiance dans l’Euro renvoyant les juges à leurs études.

Deux jours après l’annonce d’un assouplissement des mesures de restriction, certains cantons ont vu repartir à la hausse le nombre de contaminations à l’échelle locale. En Rhénanie du Nord-Westphalie, un important foyer de Covid-19 a vu le jour à Coesfeld dans une usine de transformation de viande, dont plus de 100 des 1 200 employés ont été infectés.

C’est aussi le cas dans le Schleswig-Holstein où un abattoir a enregistré 109 cas de contamination ; c’est le cas aussi en Thuringe où dans des établissements pour personnes âgées 85 cas ont été recensés.

Angleterre. En plein confinement, la police londonienne avait noté le nombre très inhabituel de joggers parmi les immigrés. Après surveillance, il s’est avéré que nombre de ces néo- sportifs étaient en réalité des dealers qui poursuivaient ainsi leur activité, les transactions entre trafiquants et clients se faisant discrètement en pleine course.

Autriche. Le ministère de la Santé a mis au point un redoutable système de dépistage. Des jeunes du service civil effectuent des tests à domicile tandis que des agents s’efforcent de bloquer les chaînes de contamination en trois jours. Et la population est appelée à composer un numéro d’urgence pour signaler toute suspicion de coronavirus. Au total, ce 11 mai, ce sont seulement 620 cas de décès recensés.

L’ex-ministre des Affaires étrangères autrichienne, Karin Kneissl, nommée par le parti populiste FPÖ en 2017, avait eu son moment de célébrité en invitant Vladimir Poutine à son mariage et en dansant avec lui. En 2019, elle quittait le gouvernement. En 2020, en plein confinement, elle se sépare de son mari, qu’elle accuse de violences conjugales. Mais tout n’est pas perdu : elle est devenue éditorialiste à Russia Today !

Grèce. Rien ne va plus. Le gouvernement a adopté des mesures de soutien représentant 6,5 % du PIB. Ce qui devrait faire grimper la dette du pays de 180 % du PIB à bien plus de 200 % cette année.

Hongrie. Après avoir hurlé contre le vote des pleins pouvoirs accordés à Viktor Orban, les autorités européennes reconnaissent que le Premier ministre n’abuse pas de ses pleins pouvoirs. Ce n’est pas pour autant qu’il est devenu libéral. La ministre de la Justice, Judit Varga affirme que l’état d’urgence sera levé dès que la crise sanitaire le permettra.

Judit Varga.

Judit Varga.

Viktor Orban a refusé de signer la convention internationale d’Istanbul dédiée à la lutte contre la violence faite aux femmes. Motif : ce traité encourage les idéologies de genre et surtout l’immigration illégale. Orban ne lâche rien.

Italie. Le gouvernement italien a décidé de régulariser temporairement des clandestins travaillant dans les domaines de l’agriculture et de l’aide à domicile, afin de leur garantir une couverture santé face à la crise du coronavirus.

Chaque été, des milliers d’ouvriers agricoles africains, mais aussi bulgares et roumains, viennent dans la péninsule pour récolter fruits et légumes. Souvent payés un salaire de misère et vivant parfois dans des camps aux conditions d’hygiène déplorables, beaucoup sont exploités par des organisations mafieuses.

Lettonie. Un des trois grands quotidiens nationaux, le Neatkariga Rita Avize, a définitivement abandonné sa version papier pour se consacrer uniquement au web. Résultat, son tirage papier qui était de 60 000 exemplaires en 2005 était tombé à 10 000 avant le passage au numérique.

Russie. La Russie a accusé Washington de « déformer » le rôle de l’URSS dans la défaite de l’Allemagne en 1945, disant vouloir une « conversation sérieuse » avec les responsables américains. Vendredi 8 mai, un communiqué de la Maison-Blanche ne mentionnait parmi les vainqueurs des nazis que les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Au total, depuis le début de la pandémie 242 271 personnes ont été testées positives au Covid-19 en Russie, parmi elles plus de 48 000 se sont rétablies et 2 212 patients sont décédés des suites du coronavirus. Cependant le taux de mortalité en Russie reste relativement faible par rapport à d’autres pays touchés par la maladie.

Slovénie. Depuis le début de la crise du coronavirus, la Slovénie a dépensé 266 millions d’euros pour des équipements médicaux. Mais des sommes importantes ont fini dans les poches d’hommes politiques proches de la coalition au pouvoir, a révélé une enquête de la télévision nationale.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99