28 février 2018

À propos du partenariat stratégique avec les États-Unis

Par Euro Libertes

Par Olivier Bault.

Pologne – Un entretien avec le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki réalisé par le journal Dziennik Gazeta Prawna (accessible ici en polonais) après le dernier Forum économique mondial de Davos apporte un éclairage intéressant sur les positions polonaises sur la scène européenne. À Davos, Morawiecki a rencontré le secrétaire d’État américain Rex Tillerson pour parler diversification énergétique et confirmer le soutien américain aux pays de l’ancienne Europe de l’Est opposés au projet russo-germanique de doublement de la capacité du gazoduc Nord Stream. S’il est mené à bien, ce projet renforcera le quasi-monopole russe en matière de fourniture de gaz aux ex-pays satellites de l’URSS. Les deux hommes ont aussi parlé contrats d’armement, la Pologne étant en train de négocier l’acquisition de batteries de missiles Patriot.

Sur l’administration de Donald Trump, Mateusz Morawiecki a les mots suivants : « Pendant le Forum économique mondial, le politiquement correct impose de critiquer les États-Unis pour leur slogan ‘America first’ et de vanter les Chinois pour leur relative ouverture. Quand je vois notre bilan commercial avec la Chine et le rapport de 1 à 12 au profit de cette dernière – et c’est la même chose pour beaucoup de pays d’Europe centrale –, je me demande si ce n’est pas le monde à l’envers. La possibilité pour des entreprises étrangères de vendre des services en Chine est extraordinairement limitée. Cela vaut parfois la peine de rejeter le fardeau du politiquement correct et de regarder les chiffres pour dire quels sont les vrais défis du monde contemporain. C’est aussi ce que pensent les États-Unis. Il nous faut un commerce libre, mais aussi juste, comme a judicieusement fait remarquer le président Trump. »

Malgré les difficiles relations avec la Commission européenne, le premier ministre polonais rejette la question posée par le journaliste à propos d’un éventuel Polexit : « Aucune personne sérieuse n’évoque un tel scénario ou même n’y songe. Un Polexit est aussi probable qu’un Germanexit. La Pologne fait et fera partie de l’Union européenne. »

En ce qui concerne l’euro, en revanche, Mateusz Morawiecki n’a pas l’intention d’abandonner la monnaie polonaise même si cela devait contribuer à une amélioration de la situation politique de la Pologne au sein de l’UE : « Rejoindre la zone euro aujourd’hui ou dans un avenir proche, ce serait jouer avec le feu. Quand il y aura à nouveau une crise, une récession ou un ralentissement brutal de la croissance – ce qui surviendra tôt ou tard dans le cycle conjoncturel – nous perdrons notre capacité de réaction. Nous n’aurons plus la possibilité d’affaiblir le zloty ou d’émettre des obligations dans la monnaie nationale. Or ce sont des instruments fondamentaux de la politique économique, financière et monétaire d’un État. En Pologne, on parle de l’euro comme s’il s’agissait d’un acte idéologique ou d’une décision économique simple. Ce n’est toutefois pas une question d’idéologie et encore moins une décision mineure en matière économique. Rejoindre une zone monétaire unique se justifie pour des pays similaires sur le plan de la structure de la production, de la compétitivité et de la flexibilité du marché du travail et des services. Or cette similarité n’existe toujours pas entre la Pologne et les pays de la zone euro, notamment ceux que l’on a l’habitude d’appeler ‘du nord’. Nous sortons seulement du communisme et notre énorme dépendance au capital étranger que nous a imposée le modèle économique choisi il y a plus d’un quart de siècle fait que nous sommes confrontés à des défis très différents de ceux auxquels doivent faire face les pays du sud ou du nord de la zone euro. Si la structure de notre économie et notre revenu disponible par habitant deviennent similaires à ceux des Pays-Bas, de l’Autriche ou de la Belgique, alors nous pourrons reparler de l’euro. »

Article paru sur le site VPost.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99