25 juillet 2019

L’Algérie plus française que jamais

Par Jean-Pierre Brun

Des esprits aussi chagrins qu’ignorants contestent le déferlement sur les Champs-Élysées de dizaines de milliers de supporters de l’équipe d’Algérie, lauréate de la très récente coupe d’Afrique de football.

Du « vivre ensemble » au « jouez ensemble »… la troisième mi-temps !

Du « vivre ensemble » au « jouez ensemble »… la troisième mi-temps !

Si ces pisse-froid connaissaient les origines des vainqueurs, ils ne manqueraient pas de magnifier les vertus de l’Algérie française. Savez-vous que ces artistes de la balle ronde sont dans notre ancienne province de Berbèrie, autant d’ambassadeurs de notre savoir-faire ?

À tout seigneur tout honneur : leur brillant entraîneur n’est autre que Belmadi, l’enfant de Champigny-sur-Marne. Avec cet art de l’improvisation indispensable aux grands stratèges, il n’a pas hésité à fusionner des éléments aussi hétérogènes que d’authentiques titis parisiens comme Bolhi et Brahimi, des fortes de têtes des Fortifs et de la Grande Ceinture comme Mahrez (Sarcelles), Feghouli (Saint-Ouen), Tahrat (Meudon), Abeid (Montreuil), ou encore Farès (Aubervilliers).

Expert dans l’art de forger les alliages les plus spéciaux il a osé utiliser des matériaux exogènes comme le gone Zeffane (Sainte Foy lès Lyon), le champenois Mandi (Châlons-sur-Marne), le ventre à choux Guedioura (La Roche sur Yon), le camarguais Bennacer (Arles) , l’éduen Oukidja (Nevers), le tourangeau Ounas (Chambray-lès-Tours) et un descendant du naufrageur Barberoussette, Andy Delort ( Sète).

Mais, me direz-vous, le football se pratique à onze joueurs. Oui, mais quand on aime on ne compte pas.

Plus que jamais, comme le proclamait jadis le grand visionnaire de Colombey, sur les escaliers encombrés du Forum d’Alger, il faut croire en cette Algérie nouvelle et fraternelle qui répand ses bienfaits de Dunkerque à Tamanrasset, de la rue Maurice Audin de Saint Ouen jusqu’à la rue Didouche Mourad de Constantine , de la rue Frantz Fanon de Bobigny jusqu’à l’avenue Boumedienne de Tizi Ouzou.

C’est beau, c’est grand, c’est généreux, la France !

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99