9 mars 2018

Élections en Italie

Par Euro Libertes

par Geri Fenrir

Ça, c’est fait ! Après le Groupe de Visegrad, l’Autriche, la Grande-Bretagne… l’Italie rejoint le camp des nationaux-régionalistes et « eurosceptiques » pour le moins. Sans même compter les scores de l’AfD en Allemagne, du Front National et autres mini-partis en France. L’unité de l’Espagne est remise en cause par la Catalogne, la Belgique par les autonomistes flamands, etc.

Que reste-il du « rêve européen » lorsque plus de 70 % des électeurs italiens en rejettent les folles chimères ? C’était 50 % en France lors des dernières élections présidentielles si l’on additionne les votes « eurosceptiques » de tout poil. Car il faut bien prendre en compte la variété transpartisane des votes antieuropéens (contre l’Europe telle qu’elle est pensée par nos élites).

La ligne de fracture sur la question de l’Union Européenne actuelle est de plus en plus profonde et constitue le nouveau clivage politique en Europe, avec les conséquences sur les problèmes d’immigration et de frontières notamment.

L’union envisagée par certains observateurs, entre le Mouvement 5 étoiles et la Ligue du Nord, n’est pas délirante dans le principe même si la Ligue comme le M5S l’ont rejetée catégoriquement. Les vieux clivages et les procès d’intention sont encore vivaces et l’usage martelé du terme « extrême droite » par la presse n’est pas innocent, afin de contenir des éventualités d’alliances improbables a priori. Ceci étant, ne va-t-on pas vers une distinction entre « populistes » qui seraient représentés par le M5S ou la France Insoumise, et « nationaux-régionalistes » représentés par La Ligue entre autres, ou le Front National en France ?

Peut-on rêver de la disparition, enfin, des vieilles notions bi-séculaires droite/gauche, et de l’avènement d’une nouvelle politique fondée sur des éléments vitaux pour notre Europe (identité, valeurs, civilisation, immigration massive, politique étrangère) et non plus sur des idéologies dépassées.

Il paraît que M. Macron est dans cette vision de destruction de la droite et de la gauche au profit d’un centrisme « à la Giscard » lorsqu’il écrivait que « 2 Français sur 3 » se situaient « au centre ». Mais il ne faut pas se tromper sur cette vision qui n’a pour but que d’ouvrir un boulevard aux réformes les plus dangereuses, justement en matière d’européisme et de mondialisme, terrain d’élection des plus grandes puissances financières souvent d’origine américaine en outre. Cette politique « macrono-giscardienne » consiste à mener une politique « de droite » en matière économique et une politique « de gauche » en matière de société et de politique. Au moins en effet d’annonces…

Mais l’« auberge espagnole » italienne semble, elle, inextricable, mélangeant une droite berlusconienne moribonde, comme son leader lifté ; la Ligue du Nord, nettement positionnée sur l’idée régionaliste d’une Europe des régions et antiétatique, et Fratelli d’Italia, mouvement « post-fasciste » aux valeurs nationalistes claires et sans complexe… Quid de l’avenir de Forza Italia en tant que tel ? Le M5S ne peut gouverner seul. Alors, alliance avec le Parti Démocrate démonétisé ? Cela ne semble pas d’actualité. Nouvelles élections de clarification d’alliances douteuses ?

C’est curieux que l’Italie, déjà souvent qualifiée d’ingouvernable, se retrouve dans la même situation que l’Allemagne après ses propres élections de septembre 2017, et qui a mis six mois pour former un gouvernement de coalition déjà vieillot et périmé. Crépuscule de l’ère Merkel… crépuscule, là aussi des vieux partis d’antan. Si l’on ajoute les équilibres au moins précaires qui maintiennent artificiellement un gouvernement Rajoy en Espagne, on assiste à une pantalonnade de trois grands États européens aux avenirs politiques incertains sous la poussée déstabilisatrice des nouveaux courants régionalistes, parfois identitaires, « populistes » de toutes origines, préoccupés de l’avenir d’une Europe en perdition de ses valeurs et de la souveraineté des peuples.

 

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99