par Claude Janvier

Le Sinistre de la SantĂ© a du se faire taper sur les doigts par les labos. En effet, une modification rapide du dĂ©cret vient d’ĂȘtre publiĂ©e et je cite «   L’Hydroxychloroquine ne pourra ĂȘtre utilisĂ©e uniquement sur des patients atteints d’une forme de pneumonie oygĂ©no requĂ©rante ou d’une dĂ©faillance d’organe  »

Donc, uniquement dans des cas graves, ce qui ne sert Ă  rien d’aprĂšs le Professeur Raoult. D’aprĂšs lui, et je pense qu’au vu des rĂ©sultats qu’il a obtenus, il n’y a pas de doutes Ă  avoir, le produit doit ĂȘtre administrĂ© au dĂ©but, quand la personne est testĂ©e positive. Nous sommes donc revenus au point de dĂ©part. Un pas en avant, deux pas en arriĂšre. Ceux qui ont encore des doutes sur la haute dose de criminalitĂ© de nos gouvernants devraient revoir leurs copies. Continuons Ă  pousser et Ă  dĂ©noncer, c’est vital.

Au fait, oĂč est parti l’argent de nos impĂŽts ? En effet, depuis plus de 20 ans, les gouvernements successifs en France, mais aussi en Europe, ont sabotĂ© le service public. Les hĂŽpitaux ont Ă©tĂ© laissĂ©s Ă  l’abandon. La dĂ©liquescence est constante. Fermeture d’unitĂ©s de soins, manque de moyens, locaux plus ou moins vĂ©tustes. Depuis le dĂ©but de cette Ă©pidĂ©mie, pas de masques, pas de gel, pas d’appareils respiratoires, pas de testeurs, pas assez de lits. Des urgences saturĂ©es et un dĂ©sert mĂ©dical dans l’hexagone. Top ! Les bouffons du gouvernement nous assurent que les masques sont en route. Ils ont dĂ» se perdre grĂące au service impeccable de Chronopost[1].

Mais rassurez-vous ! Tout va aller pour le mieux pour les ultra-riches. Ils vont devenir encore plus riches. Mais pour ce faire, il fallait « rĂ©initialiser » l’économie planĂ©taire. Comme pour un ordinateur trop lent. Tout remettre Ă  zĂ©ro, grĂące au blanc-seing qu’offre ce virus providentiel.

Car, la crise de 2008 a laissĂ© un goĂ»t amer. Trop voyant. Crise de l’immobilier, des gens ruinĂ©s, du chĂŽmage et des SDF en surnombre. Rien de mieux que l’exploitation d’un virus pour masquer une crise Ă©conomique qui, inĂ©vitablement, arrivait au grand galop.

Redoutable bonne idĂ©e ! MachiavĂ©lique. MĂȘme dans mes cauchemars les plus fous, je n’aurai pas pu imaginer un scĂ©nario aussi rĂ©pugnant. Et pourtant, c’est ce qui est en train de se passer.

Il fallait mettre Ă  genoux d’un point de vue Ă©conomique la Chine et l’Europe. C’est fait.

Les rĂ©unions au sein de la BRI – Banque RĂšglements Internationaux – sont rythmĂ©es. Toutes les banques mondiales, ou presque, sont affiliĂ©es Ă  la BRI. Banque mystĂ©rieuse, peu connue du grand public, localisĂ©e Ă  BĂąle. Tranquille, la Suisse.

La Banque centrale amĂ©ricaine, avec l’accord de la BRI, ne fixe dĂ©sormais plus de limite Ă  ses achats de bons du TrĂ©sor et de titres hypothĂ©caires et annonce toute une sĂ©rie de mesures permettant Ă  un large Ă©ventail d’entreprises d’accĂ©der Ă  de l’argent frais.

La Fed procĂ©dera Ă  des achats de dette « d’un montant nĂ©cessaire pour favoriser le bon fonctionnement du marchĂ© et la transmission efficace des politiques Ă  des conditions financiĂšres plus larges et Ă  l’économie », a-t-elle annoncĂ© dans un communiquĂ©. Elle a rĂ©cemment repris les achats massifs d’obligations, face aux effets sur l’économie de l’épidĂ©mie de coronavirus.

La RĂ©serve fĂ©dĂ©rale amĂ©ricaine a par ailleurs rappelĂ© qu’elle ferait tout pour aider les marchĂ©s Ă  continuer Ă  fonctionner et lancĂ© un nouveau programme de 300 milliards de dollars d’aides pour « soutenir le flux de crĂ©dit aux employeurs, aux consommateurs et aux entreprises »[2].

En clair, elle fournira autant de liquiditĂ©s dans les marchĂ©s, sans aucune limite. La planche Ă  billets tourne Ă  plein rĂ©gime. Cela vous Ă©claire-t-il sur ce qui est en train de se passer ? Qui va gagner Ă  votre avis ? Toujours les mĂȘmes, puisque ce sont eux qui font les lois et que ce sont eux qui dĂ©cident si vous devez vivre ou mourir.

Tout ce beau monde n’en a rien Ă  faire des petits commerçants, artisans, PME, PMI et de quelques grosses entreprises. Pas mal d’entre eux vont devoir mettre la clĂ© sous la porte. ChĂŽmage, misĂšre, et beaucoup de malheur. Car quand vous avez des crĂ©dits Ă  honorer, des traites Ă  payer, des loyers, des impĂŽts, des charges et des salaires Ă  verser, vous faites comment ? Aides de l’état ? Dans vos rĂȘves.

À part un report de charges et peut-ĂȘtre un lĂ©ger crĂ©dit d’impĂŽts, le reste, c’est pour votre pomme. Pensez Ă  tous les hĂŽteliers, restaurateurs, commerçants, artisans qui, grĂące Ă  ce confinement imbĂ©cile, vont faire faillite. Car c’est bien de cela dont il s’agit.

Jusqu’à quand tout ce cirque ? Nul ne le sait, Ă  part la bande de criminels qui sĂ©vit sur cette planĂšte. Et si vous doutez encore que cette clique de voyous en cols blancs veut un gouvernement unique, l’ancien premier ministre britannique Gordon Brown appelle Ă  un gouvernement mondial pour lutter contre le coronavirus. Ça vient de sortir dans Summit News du 26 mars 2020. CQFD.

D’ores et dĂ©jĂ , cette annĂ©e sera zĂ©ro sur le plan touristique. Ceux qui ont un peu de trĂ©sorerie tiendront peut-ĂȘtre le choc. Mais beaucoup ne s’en relĂšveront pas. Ils iront grossir la statistique de PĂŽle Emploi qui s’empressera de les radier au moindre oubli de signer un formulaire inutile.

Quid du gaspillage alimentaire ? Les boutiques qui vendaient moitiĂ© de la nourriture, moitiĂ© du bricolage et objets de dĂ©corations sont fermĂ©es. Cela veut dire quantitĂ© non nĂ©gligeable de denrĂ©es pĂ©rissables qui vont ĂȘtre jetĂ©es Ă  la poubelle. À ce propos, je n’entends pas beaucoup les EnfoirĂ©s se mobiliser pour que tous ces stocks soient donnĂ©s aux Restos du CƓur.

Les sinistres au pouvoir ont fermĂ© du jour au lendemain les cantines, les restos, les boutiques dans les stations-service autoroutiĂšres – merci pour les routiers qui ne peuvent pas se laver, qui ne peuvent pas aller aux toilettes alors qu’ils bossent pour nous ravitailler – sauf que l’on peut se demander ce que sont devenus les stocks de viandes et de lĂ©gumes. Vous imaginez la perte et le gaspillage au niveau national !

On n’entend pas Hulot non plus. Il devrait ĂȘtre content, lui qui nous bassine depuis plus d’une dĂ©cennie qu’il faut implanter une taxe carbone individuelle – sauf pour les vrais pollueurs comme les bateaux, les avions, Exxon Mobil, Total, ou BP. VƓux exaucĂ©s, Saint Nicolas et Sainte Greta. La planĂšte est au repos. TerminĂ©e, la pollution. Vive le confinement. AllĂ©luia ! Sauf que le confinement, ça peut rendre fou.

Car quand vous habitez une maison avec jardin, ça va. Mais quand vous habitez 40 m2 avec un enfant, c’est beaucoup moins excitant. Le gĂ©nie de La Fontaine, grĂące Ă  Fabrice Luchini, est toujours d’actualitĂ©. Une phrase de l’excellente fable L’ours et l’amateur de jardin, narrĂ©e avec brio par le grand acteur attire forcĂ©ment l’attention[3] : La raison d’ordinaire n’habite pas longtemps chez les gens sĂ©questrĂ©s. À mĂ©diter.

[1] Europe 19 dĂ©cembre 2019 : Chronopost : des livreurs disparaissent avec un million d’euros de marchandise (cliquez ici).

[2] La Tribune 23 mars 2020, La Fed continue d’abreuver les marchĂ©s en liquiditĂ©s.

[3] RTBF : 23 mars 2020. Une fable sur le confinement ? Fabrice Luchini en connait une (cliquez ici).

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99