7 février 2020

Caucus de l’Iowa : quand le grain de sable s’en mêle

Par Philippe Randa

 

Lundi dernier, 1er février, c’était le premier tour de piste de l’élection des candidats aux primaires démocrates ; suite aux dysfonctionnements dans l’organisation du vote, les résultats du caucus de l’Iowa – habituellement communiqués dans la soirée – n’ont été connus que très tardivement ; et encore, le lendemain ; et encore, partiellement ! D’où le commentaire assez général autant que lapidaire des médias : un fiasco !… sauf, on s’en doute, pour les Républicains qui n’ont guère caché leur joie : « Les démocrates sont dans tous leurs états à cause d’un bazar qu’ils ont eux-mêmes créé, c’est le pire ratage de l’histoire », a estimé Brad Parscale, directeur de campagne d’un Donald Trump qui, de son côté, a estimé sur Twitter que les caucus démocrates étaient « un véritable désastre » : « Rien ne fonctionne [avec eux], comme lorsqu’ils dirigeaient le pays. »

caucus Iowa

L’élection est tout de même loin d’être jouée et le résultat final aura bien d’autres causes que l’image renvoyée par le ratage de ce « coup d’envoi » du camp démocrate ; d’autre part, le « vainqueur » de celui-ci, Pete Buttigieg, étant le premier homme politique de l’Indiana (où il est maire de South Bend) à avoir reconnu son homosexualité, parions sans trop de risque que cette singularité par rapport aux autres candidats risque fort d’être rapidement au centre des débats si sa victoire n’est pas sans lendemain.

On peut néanmoins se réjouir de ce « fiasco » sans être pour autant « trumpiste » ni hostile aux Démocrates américains, pas plus qu’aux États-Unis d’Amérique, mais – bien au-delà de l’élection américaine dont ce billet n’entend nullement traiter – pour une tout autre raison : ce « fiasco » nous rappelle que la marche du Monde, quel qu’il soit, est toujours « menacée » par un grain de sable… et que nul ne peut jamais prédire de l’avenir… Et donc, comme Charles Maurras, répétons-le une fois encore pour convaincre ceux qui douteraient de notre propre avenir : « Le désespoir en politique est une sottise absolue ! »

 

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99