22 mars 2016

Attentats de Bruxelles : bilan extrêmement lourd

Par Patrick Sessler

Le bilan est extrêmement lourd: 11 morts et 81 blessés à l’aéroport de Bruxelles (Zaventem) et 15 morts et 55 blessés dans la rame de métro qui a explosé à hauteur de la station Maelbeek (dans le quartier européen).

Le gouvernement Belge demande à l’ensemble de la population de rester cloitrée chez elle ou de ne sortir qu’en cas d’absolue nécessité. Le trafic ferroviaire vers et à partir de Bruxelles est interrompu et tous les transports en communs sont paralysés à Bruxelles. Le trafic aérien est également gelé. La «capitale de l’Europe» est donc en état de siège et l’armée s’est déployée sur tous les points stratégiques de la ville.

Les Bruxellois sont sidérés face à ce déferlement de violence gratuite dont ils sont les victimes pour la première fois de leur histoire.

Une fois le choc encaissé, il faudra repenser les politiques en matière de terrorisme et d’immigration.

L’Europe est désormais constellée de villes martyres, comme Paris, Londres, Madrid et aujourd’hui Bruxelles. Il y a fort à parier que dès après-demain on nous resservira la même vieille soupe frelatée du «pas d’amalgames». Mais cela ne suffira pas à faire oublier les faits. Il y a fort à parier que de nombreux citoyens Belges et Français se souviendront que tous le partis politiques n’ont pas pratiqué la politique de l’autruche durant ces dernières décennies sur le lien évident qui existe entre immigration, délinquance et terrorisme.