12 mai 2018

Porton Down, laboratoire des armes chimiques et biologiques US

Par Euro Libertes

Christine Benoît, étudiante en théologie

Une nouvelle investigation de la journaliste bulgare Dilyana Gaitandzhieva révèle des expérimentations secrètes sur des armes chimiques et biologiques effectuées à Porton Down (zone gouvernementale de recherche militaire située près de Porton en Angleterre) et ailleurs.

Le Pentagone a dépensé au moins 70 millions de dollars pour mener des expériences militaires relatives aux virus mortels et aux substances toxiques dans un centre britannique militaire Defence Science and Technology Laboratory (connu également sous le nom de Porton Down), affirme Madame Gaitandzhieva.

Cet établissement qui relève du ministère britannique de la Défense est installé à 13 kilomètres de la ville de Salisbury (sud-ouest de l’Angleterre) où Sergei Skripal et sa fille ont été empoisonnés le 4 mars.

Il est remarquable que l’Agence américaine de réduction des menaces (DTRA) soit un financeur essentiel de ce labo. En 2011, les États-Unis ont obtenu un accès illimité aux recherches scientifiques britanniques qui y sont menées, conformément à l’accord signé avec le ministère de la Défense du Royaume-Uni.

Créé en 1916, Porton Down est considéré comme le plus ancien laboratoire chimique dans le monde. Pendant la Ire Guerre mondiale, les chercheurs du centre y ont élaboré des gaz toxiques à des fins militaires. Lors de la IIe Guerre mondiale, le laboratoire a servi de plateforme pour le développement d’arme bactériologique composée de bacilles d’anthrax.

Dans les années 2012 et 2017, DTRA a octroyé à peu près 40 millions de dollars au laboratoire pour des expériences sur des poisons chimiques. Il est notoire que pendant cette période, les chercheurs britanniques ont effectué des expérimentations sur des animaux en utilisant du gaz moutarde, du phosgène ainsi que des substances neurotoxiques telles que VX et VM.

Au total, plus de 122 000 animaux ont servi de cobayes pour leurs expérimentations. Des souris, des rats, des singes, des brebis, des putois… La plupart d’entre eux ont été tués, avec beaucoup de souffrance. Il est à noter que les spécialistes ont aussi testé des méthodes d’empoisonnement, notamment par aérosol pour étudier les voies d’acheminement d’armes chimiques.

Selon Dilyana Gaytandzhieva, les chercheurs de Porton Down auraient testé des gaz chimiques sur des passagers dans le métro de Londres. Il existe même un accord de coopération entre le laboratoire et le métropolitain de la capitale britannique pour la période de 2011 à 2014. Des spécialistes dispersaient du gaz – de l’hexafluorure de soufre (SF6) et d’autres agents – pour « étudier des fonctions pulmonaires chez des personnes ». Mais le gouvernement britannique a gardé le silence sur des expériences réalisées à l’insu des passagers.

En outre, le Pentagone a financé plusieurs recherches de Porton Down sur des virus biologiques, pour une somme totale dépassant 15 millions de dollars. Des expériences ont également été réalisées sur les animaux. Ils ont été infectés par le virus Ebola, la fièvre hémorragique du virus de Marburg, le virus de l’encéphalite équine et d’autres maladies contagieuses mortelles.

Selon des rapports, tous les animaux sont morts. Des spécialistes ne s’intéressaient qu’aux données statistiques : le temps jusqu’à la mort et la dose létale d’infection. Cette information est nécessaire pour développer des armes biologiques, des méthodes sur leur utilisation et la création de moyens de livraison appropriés, souligne la journaliste bulgare.

Il est probable que le laboratoire dispose d’échantillons d’un gaz de classe « Novichok ». Sinon, les spécialistes de Porton-Down n’auraient pas réussi à établir l’origine de la substance qui a servi à empoisonner M. Skripal et sa fille si vite. Selon Gaytandzhieva, des employés américains de DTRA auraient pu apporter les échantillons de ce gaz en Grande-Bretagne. Dans les années quatre-vingt-dix, l’agence a liquidé le stockage d’arme chimique en Ouzbékistan où le « Novichok » avait été produit.

Il est intéressant de savoir que les DSTL et les Royal Marine Commandos ont mené des exercices face aux menaces chimique, biologique, radiologique et nucléaire dans la plaine de Salisbury quelques jours avant l’empoisonnement des Skripal. Lors de ces exercices, des militaires ont appris à utiliser des agents toxiques pour lutter contre les terroristes.

Liens

https://southfront.org/salisbury-nerve-agent-attack-reveals-70-million-pentagon-program-porton/

http://www.lepoint.fr/monde/porton-down-laboratoire-a-la-pointe-de-la-recherche-sur-les-armes-chimiques-07-03-2018-2200500_24.php

https://www.telegraph.co.uk/news/2016/07/20/thousands-of-pigs-rabbits-and-monkeys-mutilated-at-mods-porton-d/

https://www.independent.co.uk/news/uk/politics/how-the-british-government-subjected-thousands-of-people-to-chemical-and-biological-warfare-trials-10376411.html

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99