15 octobre 2019

Greta Thunberg pendue : outrage ou manipulation ?

Par Philippe Randa

Allons bon ! Greta Thunberg, la droïde surmédiatisée de l’« apocalypse pour tous », vient de subir un outrage ! Pas un outrage susceptible de déclencher une campagne #metoo, mais… une enquête judiciaire !

Greta Thunberg.

Greta Thunberg.

Figurez-vous qu’un mannequin à son effigie a été suspendu sous un pont de Rome ! Enfin, pas « suspendu », mais « pendu », s’indignent les médias ! De quoi bouleversifier la ménagère de plus de cinquante ans tout autant que le boutonneux en mal d’hormones capricieuses, en effet…

Aussitôt, la maire de Rome Virginia Raggi a exprimé sur Twitter sa « solidarité » envers la jeune Suédoise et à sa famille itou, tandis que Nicola Zingaretti, responsable du Parti démocrate, a dénoncé la « violence macabre d’un geste dont les auteurs ne respectent pas les idées qu’ils ne partagent pas. »

Il n’en fallait donc pas davantage pour que le parquet de Rome ouvre une « enquête pour menaces aggravées. »

Bien évidemment, si les auteurs de cette action voulaient, par ce minable simulacre qui ne valait même la peine d’être connu, exprimer le ras-le-bol que nous sommes de plus en plus à éprouver désormais envers cette adolescente transformée, sans même qu’elle s’en rende compte, en épouvantail, ils n’auront réussi qu’à déclencher une légitime réprobation… à moins que les véritables auteurs ne soit peut-être, éventuellement, à chercher du côté de l’équipe de communication de l’intéressée ; cette équipe ayant largement prouvé qu’aucune manipulation médiatique n’était susceptible de l’arrêter. Une hypothèse qui en vaut bien une autre.

« Postée sur les réseaux sociaux, la photo du mannequin portant deux tresses semblables à celles de la jeune militante suédoise de 16 ans montre également un écriteau attaché au parapet du pont sur lequel est écrit en anglais “Greta is your god” (Greta est ton dieu) » (LaPresse.ca).

Évidemment, seule la décence interdit de préciser : dieu de quoi !

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99