20 juillet 2016

La déflation

Par Jean-Pierre Rondeau

 

Dès 2009, nous avons dit, contrairement à beaucoup, que le Monde entrait en déflation pour une durée très longue, à l’exception de périodes de rémission qui seraient courtes. Depuis la « Grande crise » de 1929, les déflations ne duraient qu’un an et demi à deux ans, à l’exception du Japon, mais pour une déflation d’un autre type.

La déflation c’est quoi ? C’est une spirale de baisse des prix : salaires, retraites et pensions, taux, placements monétaires et obligations, actions, immobilier, loyers, matières premières, biens dits « réels », etc.

Un chômeur consomme moins. Les prix baissent.

Un chômeur consomme moins. Les prix baissent.

Certains diront « Mais l’immobilier repart et la bourse a été bonne ». C’est en partie faux : discours, manipulations, planches à billets, etc. Les taux maintenus bas par les banques centrales pour favoriser le crédit nécessaire à la consommation des particuliers et à l’investissement des entreprises, servent à la spéculation sur les marchés boursiers et immobiliers. Ils entretiennent les bulles des actions et de l’immobilier.

Quatre raisons qui favorisent la déflation et la baisse des valeurs :

– Le désendettement après 40 ans de vie à crédit. Particuliers, entreprises, institutionnels, collectivités publiques et même les banques se désendettent (au « profit » des États !). C’est donc moins de consommation, moins d’investissement. Les prix baissent.

– La Mondialisation : Il y a toujours quelqu’un pour fabriquer et vendre moins cher que vous. Ex. : La Chine, qui, pour avoir créé une classe moyenne (des campagnards devenus ouvriers) aux besoins plus importants (logements, voitures, etc.) et donc aux salaires plus élevés, subit la concurrence du Vietnam, du Cambodge, de l’Indonésie, et même de l’Afrique. Elle délocalise ses usines ! Les prix baissent.

– Le Vieillissement des populations qui tiraient le reste du Monde : Europe, USA et Japon, mais encore la Chine qui a créé un trou dans sa pyramide des âges avec l’enfant unique. Le deuxième enfant ne sera consommateur que dans vingt ans. Or les populations âgées consomment moins, prennent moins de risques, n’investissent pas. Les prix baissent.

– La Technologie : bien sûr, c’est une aventure extraordinaire. Le Monde va aller et va déjà à une vitesse vertigineuse, mille fois plus vite que la révolution industrielle du XIXe siècle. Plus que dans les vingt siècles précédents. Nous n’imaginons même pas les services et produits que nous aurons dans seulement dix ans. À 30 ans, les diplômés en technologie sont déjà dépassés. Pensez à « l’ubérisation », aux taxis, à Airbnb qui concurrence les hôtels, au « Bon Coin » et à la vente sans intermédiaires, etc. Des quantités de professionnels de tous métiers vont disparaître. « L’ubérisation » laisse nombre de gens sur le bas-côté et crée des chômeurs. Un autre exemple ? Que deviendront ces salariés de banques licenciés par centaines de milliers dans le Monde parce que celles-ci vont fermer des agences par dizaines de milliers (en France et dans le Monde) pour cause de remplacement par ce que l’on appelle la FINTECH (Finance et technologie) ; par exemple, les banques en lignes sur Internet. Un chômeur consomme moins. Les prix baissent.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.