21 juillet 2016

Il faut vous habituer à des taux d’épargne très bas, voire négatifs

Par Jean-Pierre Rondeau

 

Pas seulement pour les crédits. On peut emprunter à 1,15 % en crédit immobilier à 15 ans ! Et au Danemark et en Belgique, pour certains crédits à taux variables, c’est le banquier qui paie les intérêts !

Dépôts des Banques à la BCE (réserves) : moins 0,40 %. C’est ce que coûtent à votre banque vos dépôts (compte courant et livrets) si elle ne les reprête pas : les réserves. Or, comme déjà dit, les particuliers empruntent moins car ils consomment moins. Les entreprises idem, car elles n’investissent pas. Ce qui n’est pas prêté coûte cher aux banques. Vous avez certainement constaté la campagne des organisations de consommateurs contre les frais des banques, augmentés pour compenser.

Taux négatifs à court/moyen termes, taux inférieurs à 2 % à long terme. Au 17 avril 2014 :

Au 7 juillet, Emprunts de l’État français : jusqu’à 8 ans, taux négatifs. Vous pouvez lui prêter, mais c’est vous qui payez. À 10 ans, il vous rémunère à 0,08 %. À 15 ans à 0,46 %, à 20 ans à 0,58 %, à 30 ans à 0,90 % ; et ce n’est qu’à 50 ans que vous aurez plus de 1 % (1,15 % !!!). Oui, curieusement, on lui prête du Monde entier à ces prix-là ! D’où le fait que le Président puisse dire que cela va mieux, puisque la dette coûte moins cher à l’État.

Le Président peut dire que cela va mieux, puisque la dette coûte moins cher à l’État…

Le Président peut dire que cela va mieux, puisque la dette coûte moins cher à l’État…

Allemagne : jusqu’à 10 ans, taux négatifs ; à 15 ans, 0,003 % ; à 20 ans, 0,18 % !!!

USA : à 10 ans, 1,34 % ; à 20 ans, 1,68 % ; à 30 ans, 2,13 % !!!

Japon : taux négatifs jusqu’à 15 ans ; à 20 ans, 0,02 % !!!

L’Allemagne sans déficit, les USA pour leur dollar, le Japon pour ses épargnants, n’ont pas besoin d’emprunter à 50 ans comme la France.

0,25 %, c’est ce que paient à certaines banques allemandes ceux qui y ont des dépôts bancaires importants !!!

0,25 %, c’est aussi ce vous paierez si vous prêtez à Nestlé en achetant ses obligations !!!

Le livret A ou le LDD devraient rapporter zéro. Seule, la politique les maintient à 0,75 %, malgré l’engagement des politiciens de ne plus laisser aux… politiques le soin de fixer le taux.

Néanmoins, il faut vous faire à ces taux proches de zéro, et peut-être demain négatifs, si votre choix est de protéger votre épargne à vue.

Il vous faut aussi comprendre que 0,75 % c’est 50 % de plus que l’inflation 2015 et beaucoup plus si celle-ci est de 0 % en 2016, comme anticipé.

L’épargnant perdait 6,5 ou 6 % quand le livret A offrait 6,5 ou 7 %, car l’inflation était à 13 %.

Et votre support Euros fera plus de 4 fois l’inflation ou plus 300 % de mieux malgré, cette année, 2,25 % en moyenne estimé pour les assurances vie.

C’est pour cette raison que nous privilégions le support euros d’assurance pour la sécurité.

Un nouveau contrat bat le livret A, dès la première année, malgré l’imposition de moitié (50,5 % avec prélèvements sociaux) à condition de ne pas payer les frais d’entrée importants des contrats.

À plus forte raison, il faut se servir de ses anciens contrats, à imposition allégée, comme d’un livret (Attention, il faut néanmoins consulter pour la transmission si on a plus de 70 ans).

Pensez donc à réduire vos livrets.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.