Ce texte de Richard Dessens est extrĂȘmement sĂ©vĂšre pour le monde mĂ©dical (une partie de celui-ci seulement) et peut dĂ©router certains lecteurs. Nous le publions car c‘est une tribune libre qui s’impose de fait en cette pĂ©riode  de sidĂ©ration des foules entretenue par des gouvernements terrorisĂ©s Ă  l’idĂ©e d’avoir Ă  rendre des comptes sur leur incompĂ©tence et leurs mensonges Ă  rĂ©pĂ©tition.

Professeurs de la faculté de Médecine d'Adrien BarrÚre (1877 - 1931) , Californie. 1900.

Professeurs de la facultĂ© de MĂ©decine d’Adrien BarrĂšre (1877 – 1931), Californie. 1900.

Depuis des dĂ©cennies on ne cesse de louer les « avancĂ©es mĂ©dicales » et le gĂ©nie des chercheurs portĂ©s aux nues pour leurs dĂ©couvertes qui permettent de rĂ©duire presque Ă  zĂ©ro tout risque. La recherche porte par exemple sur le clonage, tend vers une recherche d’immortalitĂ© humaine, travestissant la notion de seul respect de la vie de leur maĂźtre Hippocrate.

Cette mĂ©decine qui approuve l’avortement d’un cĂŽtĂ©, refuse l’euthanasie de l’autre et s’adonne Ă  toutes les manipulations gĂ©nĂ©tiques sans vergogne, se prenant pour Dieu, tranchant dans des « comitĂ©s d’éthique » partisans, a acquis un pouvoir inouĂŻ dans un monde notamment occidental amolli qui vit dans la peur viscĂ©rale de souffrir et de mourir. Ce pouvoir de vie et de mort que dĂ©tiennent les mĂ©decins les rend intouchables tant on craint d’avoir besoin d’eux. Il est incorrect de remettre en cause ce pouvoir exorbitant des mĂ©decins, drapĂ©s dans la superbe de leurs connaissances infinies.

Si la mĂ©decine est Ă  l’origine d’inventions fondamentales (aspirine, antibiotiques, chirurgie
) elle constitue aussi un grave danger par la sĂ©curitĂ© putative qu’elle est censĂ©e apporter aux populations, pour ses folies gĂ©nĂ©tiques et pour son accompagnement d’une idĂ©ologie humanitaire, universaliste, elle trĂšs politique. Les technologies nouvelles permettent d’accĂ©lĂ©rer les recherches censĂ©es apporter un bien-ĂȘtre mondialisĂ© pour un fourmillement humain sans bornes.

Tous ces mĂ©decins, chercheurs, scientifiques professeurs brillants aux CV longs comme le bras, aux diplĂŽmes plus prestigieux les uns que les autres, aux Ă©tudes infinies (de 9 ans Ă  99 ans
) ne peuvent qu’inspirer un respect universel et faire des mĂ©decins des puits de connaissances en tous domaines. Les mĂ©decins ont atteint un tel niveau d’intelligence et de connaissances qu’ils sont devenus compĂ©tents pour tous les sujets du monde.

Et, patatras, on s’aperçoit qu’un petit virus leur fait rabattre leur caquet. Brusquement ils ne savent plus rien, avancent Ă  vue, se font d’une humilitĂ© sans prĂ©cĂ©dent, tout en assĂ©nant des vĂ©ritĂ©s Ă  gĂ©omĂ©trie sans cesse variable, on ne se refait pas. Ils sont pourtant sollicitĂ©s partout –la peur renforce le respect rĂ©flexe des mĂ©decins–pour Ă©taler leur incapacitĂ©, leurs dissensions, leurs tĂątonnements, leur impĂ©ritie.

Bien sĂ»r, il n’est pas question ici des mĂ©decins qui sur le terrain se dĂ©battent pour tenter de sauver les malades qui affluent en masse dans leurs hĂŽpitaux. C’est un autre sujet.

Mais comment se fait-il que des milliers d’esprits supĂ©rieurement brillants, dans des milliers de laboratoires dans le monde, ne comprennent rien depuis des mois Ă  un virus qui fait partie d’une famille de virus dĂ©jĂ  connue, alors qu’ils ont des dizaines de milliers de cas concrets Ă  observer aux lueurs de leurs immenses connaissances et de toutes leurs technologies sophistiquĂ©es.

Finalement, la technique n’aurait-elle pas remplacĂ© une intelligence humaine en perdition, et les possibilitĂ©s rĂ©elles de la mĂ©decine atteint leur niveau d’incompĂ©tence ?
 depuis peut-ĂȘtre longtemps d’ailleurs tout en nous faisant croire que la science mĂ©dicale maĂźtrise tout.

Que ceux qui s’accrochent Ă  leur confiance aveugle dans leur mĂ©decin, quand ils ont la chance de ne pas ĂȘtre considĂ©rĂ©s comme des vermisseaux incultes par leur mĂ©decin comme c’est parfois le cas, rĂ©flĂ©chissent Ă  la surĂ©valuation des Ă©tudes mĂ©dicales en les recadrant dans le rĂŽle de techniciens tĂątonnants qui n’est que le leur. En espĂ©rant en outre que la capacitĂ© de diagnostic, d’écoute sĂ©rieuse du patient et d’examen clinique soit encore dans leurs compĂ©tences.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires