Si on lit les romans policiers du Lys noir chez Auda Isarn un verre Ă  la main pour se dĂ©tendre et oublier le marasme actuel, Joseph MĂ©rel fait partie de ces auteurs qu’on lit un crayon Ă  la main, pour annoter et ĂȘtre certain de bien comprendre son message. Comme Oswald Spengler, sa lecture est plutĂŽt ardue, mais comme on dit en anglais, « no pain, no gain ». La philosophie n’est pas conçue pour les fainĂ©ants ou les amateurs du prĂȘt Ă  penser. L’auteur espĂšre ici Ă©crire un ouvrage thĂ©orique solide et irrĂ©futable, ce qui fait en sorte qu’il va en profondeur et refuse les raccourcis, question de tout couvrir, ce qui fait d’OrganicitĂ© et dĂ©sir de Dieu un livre pointu, parfois pointilleux.

Pour le philosophe qu’il est, rĂ©aliste, anti-utopique et catholique, la vie est un combat et il n’est pas aisĂ© de la traverser sans embĂ»che. Il faut relever la tĂȘte, se prĂ©parer Ă  l’au-delĂ  qui est certes la destination ultime, mais on ne peut se contenter d’attendre passivement, les doigts croisĂ©s ou les mains jointes. Face au mythe incapacitant du surnaturalisme promu par certains catholiques qui prĂŽnent qu’ici rien ne compte, sinon l’espĂ©rance de la vie Ă©ternelle, il exhorte les lecteurs Ă  agir aujourd’hui, maintenant, tout de suite. Ce n’est pas en niant le monde et en s’en dĂ©tachant que l’on atteindra la grĂące si hautement dĂ©sirĂ©e. On le comprend, ce disciple de Saint Thomas professe le catholicisme mĂ©diĂ©val pieux et viril cher Ă  Pierre Drieu la Rochelle, et non la version Ă©dulcorĂ©e et « bisounours » du pape François.

Certaines dĂ©monstrations peuvent laisser le lecteur perplexe, mais la conclusion est sans appel : on ne peut se contenter d’ĂȘtre un « exilĂ© de l’intĂ©rieur », un cathare moderne vivant en marge, tout en s’autofĂ©licitant de sa conduite vertueuse. Ce qu’il faut, c’est investir l’espace public, agir pour le bien commun (un terme malheureusement absent du lexique catholique officiel actuel) et faire fructifier nos talents pour le plus grand bien : l’instauration d’un rĂ©ellement compatible avec notre nature. VoilĂ  la seule façon de « gagner son ciel » comme le disaient mes grands-parents.

Toutefois, il n’est pas question non plus d’aller Ă  l’autre extrĂȘme et de dĂ©ifier le monde ici bas. Comme l’auteur me le soulignait dans une correspondance, « l’homme est tout entier et non totalement ordonnĂ© au bien commun politique comme Ă  sa fin, et c’est Ă  condition de consentir Ă  cette ordination qu’il fait s’Ă©veiller en lui le pouvoir de s’ordonner au Bien transcendant auquel il est, totalement cette fois, ordonné ». Tout est une question de hiĂ©rarchie des prioritĂ©s.

Ceci Ă©tant dit, l’action politique Ă  entreprendre, car le monde est fonciĂšrement politique, prĂ©suppose une union de la droite, idĂ©ologie dont la croyance en « un ordre des choses » est le principe fĂ©dĂ©rateur, pour la crĂ©ation d’un Ă©tat organique, seule forme Ă©tatique envisageable d’un point de vue catholique. Cette union dans la lutte doit ĂȘtre rĂ©alisĂ©e en faisant fi des clivages inutiles et des rivalitĂ©s destructrices qui gangrĂšnent malheureusement certains milieux, tout en conservant ce que les diffĂ©rentes sensibilitĂ©s ont de lĂ©gitime et de porteur d’idĂ©al. Ce n’est pas en s’entre-dĂ©chirant que nous pourrons aller de l’avant, n’en dĂ©plaise Ă  ceux qui rĂȘvent de devenir les manitous de leurs petites chapelles et qui sont convaincus d’avoir la science infuse. Dans un combat aussi primordial que le nĂŽtre, l’esprit de clocher et les crises d’ego n’ont aucunement leur place.

Joseph Mérel, Désir de Dieu et Organicité politique, Reconquista Press, 2019, 273 p.

Joseph Mérel, Désir de Dieu et Organicité politique, Reconquista Press,

Joseph Mérel, Désir de Dieu et Organicité politique, Reconquista Press.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99