Lorsque, au sortir de mon adolescence, j’avais dĂ©couvert Ă  la lecture d’HĂŽtel du Nord que son auteur, EugĂšne Dabit, Ă©tait le premier laurĂ©at du roman populiste, je m’étais posĂ© la question de savoir quels pouvaient bien ĂȘtre les critĂšres retenus pour postuler Ă  un tel titre.

Populisme

J’appris qu’il s’agissait de prĂ©senter « une Ɠuvre romanesque qui prĂ©fĂšre les gens du peuple comme personnages et les milieux populaires comme dĂ©cors Ă  condition qu’il s’en dĂ©gage une authentique humanitĂ©. »

EugĂšne Sue l’aurait-il mĂ©ritĂ© avec ses MystĂšres de Paris, ou encore Zola avec son Germinal, voire son Assommoir ? Je connaissais dĂ©jĂ  les romans et les bals populaires
 Pourquoi pas les romans et les bals populistes.

J’ignorais alors le destin tragique de ce mot plutĂŽt chaleureux, aujourd’hui livrĂ© en pĂąture aux procureurs de la bien-pensance.

Couvrez ce mot que je ne saurais voir. C’est ce que suggĂšre Bernard-Henry LĂ©vy, lorsqu’il affirme que « populisme » est un sale mot nommant une sale rĂ©alitĂ©. Concernant le sĂ©millant philosophe de BĂ©ni Saf, cette rĂ©fĂ©rence Ă  Tartuffe ne saurait mieux tomber, encore que
 Nos prĂ©cieuses ridicules ne manqueraient pas de mettre leur grain de sel dans cet interminable dĂ©bat ouvert par une oligarchie intellectuelle menacĂ©e dans ses certitudes mondialistes.

L’hĂŽte de l’ÉlysĂ©e, mandatĂ© par les puissances occultes de la Finance, n’a pas attendu une quelconque initiative de l’Organisation Mondiale de la SantĂ©, pour lancer une campagne d’éradication de « la lĂšpre populiste » qui menace le dĂ©veloppement d’un progressisme toujours adulescent. Et pour convaincre le vil peuple des bienfaits du rĂ©gime qu’il propose de mettre en Ɠuvre pour enrayer l’épidĂ©mie, il affirme, comme s’il s’était hardiment inoculĂ© ce mal insidieux pour mieux le neutraliser, « nous sommes dĂ©sormais populistes, nous sommes avec le peuple »

Le journal La Croix qui, tel le bon samaritain, ne manque jamais de voler au secours des marcheurs Ă©clopĂ©s de la RĂ©publique, n’hĂ©site pas Ă  poser l’angoissante question, soulignant qu’aucune dĂ©mocratie n’est Ă©pargnĂ©e : « La montĂ©e du populisme est-elle inĂ©luctable ? »

Quelques chercheurs, sur la voie d’un anticonformisme audacieux, se risquent Ă  nuancer les sĂ©vĂšres diagnostics posĂ©s par les Diafoirus des Ă©coles de psycho-sociologie de Davos et Bruxelles.

Ainsi Jacques Julliard qui, s’il reconnaĂźt l’entrĂ©e dans l’ùre populiste, tient Ă  souligner que le populisme n’est pas plus l’idĂ©ologie du peuple que le socialisme n’était celle de la classe ouvriĂšre. Dont acte.

Les envolĂ©es oratoires de Jacques Attali le conduisent parfois Ă  reconnaĂźtre implicitement ce qu’il nie par ailleurs. Ainsi affirme-t-il que le succĂšs du populisme rĂ©side dans le fait qu’il promet la sĂ©curitĂ©. Ce qui revient Ă  avouer que la sĂ©curitĂ© du citoyen lambda est bel et bien menacĂ©e . Mais alors, que fait la police
 de la pensĂ©e ?

C’est finalement Ă  Jean-François Kahn que revient le mĂ©rite de dĂ©noncer la supercherie. Pour lui il s’agit d’un mot terroriste et le populisme n’est jamais qu’un « concept magique grĂące auquel une certaine gauche et une certaine droite peuvent en toute complicitĂ©, verrouiller leur propre auto-enfermement ».

On ne saurait mieux dire. Auto-enfermement ? Auto-dĂ©fense ? Les premiers symptĂŽmes d’une fiĂšvre obsidionale sont dĂ©sormais incontestables? Une reddition est-elle pour autant envisageable ?

Pour comprendre le véritable populisme, lisez : Le Populisme ou la véritable démocratie de Bernard Plouvier (Ed. Bouquins de SynthÚse). Pour commander ce livre, cliquez ici.

Le Populisme ou la véritable démocratie de Bernard Plouvier (Ed. Bouquins de SynthÚse)

Le Populisme ou la véritable démocratie de Bernard Plouvier (Ed. Bouquins de SynthÚse)

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99