L’Union EuropĂ©enne est-elle une dictature ? L’Union EuropĂ©enne reprĂ©sente-elle un vrai danger ? Oui aux deux questions si l’on se place dans l’idĂ©e qu’elle impose ses dĂ©cisions par l’intermĂ©diaire d’une Commission EuropĂ©enne non Ă©lue Ă  Bruxelles !

Nous avons en France toujours les mĂȘmes collaborateurs qui par rĂ©flexe, prĂ©fĂšrent de facto l’étranger aux nationaux. Éric Zemmour le souligne d’ailleurs dans son dernier livre : il affirme que depuis 1871, les Ă©lites politiques rĂ©publicaines ont toujours aimĂ© mieux collaborer que rĂ©sister aux vainqueurs. De Bismarck Ă  Hitler hormis Clemenceau. Rares ont Ă©tĂ© les vĂ©ritables rĂ©sistants de la premiĂšre heure !

L’Union EuropĂ©enne Ă©tait pourtant une belle idĂ©e, tant qu’elle ne cherchait pas s’ingĂ©rer dans les souverainetĂ©s des nations ! Cela s’est fait peu Ă  peu, subrepticement, Ă  la façon d’une grenouille qui patauge bĂ©ate dans l’eau tiĂšde d’une casserole !

L’Union europĂ©enne reste pour certains, un horizon sublime, magnifique, car dit-on, cette Union nous a imposĂ© la paix sur le continent ! Sinon, rendez-vous compte, l’Europe aurait subi une troisiĂšme guerre, voire une quatriĂšme, car le nationalisme c’est la guerre et donc le patriotisme de fait ! Sus Ă  ces gens-lĂ , ces populistes, graines de l’extrĂȘme droite et fauteurs de guerre par dĂ©finition !

C’est cela qu’en France et dans l’Union EuropĂ©enne, les citoyens ont entendu chaque jour, jusqu’à plus soif ! Tant pis si cette Union europĂ©enne Ă©chappe aux dĂ©cisions des peuples, si les commissaires europĂ©ens ne sont pas Ă©lus mais dĂ©cideurs !

Dans l’esprit des admirateurs de l’Union, une dĂ©mocratie au second degrĂ©, voire troisiĂšme suffit. Un PrĂ©sident Français qui est un Ă©lu minoritaire, Ă©lu par dĂ©faut depuis plusieurs dĂ©cennies, dĂ©cide qui seront son ministre europĂ©en et ses reprĂ©sentants dans les diffĂ©rentes commissions !

Ainsi, pour l’exemple, Pierre Moscovici, ancien ministre de Lionel Jospin, puis deux fois ministre de l’économie de François Hollande, est devenu par la grĂące d’un PrĂ©sident, commissaire europĂ©en aux Affaires Ă©conomiques et financiĂšres, Ă  la FiscalitĂ© et Ă  l’Union douaniĂšre et donc en charge de l’économie.

C’est le mĂȘme Pierre Moscovici qui n’a pas brillĂ© par ses rĂ©sultats en France, qui prĂ©tend exiger de l’Italie, de son gouvernement Ă©lu par le peuple italien, de corriger son budget national !

L’Union EuropĂ©enne est une dictature car elle s’ingĂšre de facto dans la vie nationale et politique des nations au nom de traitĂ©s, que des collaborateurs zĂ©lĂ©s ou corrompus, ou ayant gravement perdu la notion d’intĂ©rĂȘts nationaux, ont signĂ©s sans l’avis des peuples, si ce n’est par le biais des rĂ©fĂ©rendums !

L’UE conteste la politique nationale de la Hongrie, de la Pologne, de l’Autriche et de l’Italie et bien d’autres qui, immanquablement, viendront !

Elle émet des avis contraires aux décisions de ceux qui furent élus par leurs électeurs !

De fait, les traitĂ©s seraient supĂ©rieurs Ă  la dĂ©mocratie, Ă  la volontĂ© des peuples ! Nous l’avons expĂ©rimentĂ© avec Nicolas Sarkozy qui a trahi le rĂ©fĂ©rendum de 2005 !

Le gĂ©nĂ©ral De Gaulle disait qu’un traitĂ© Ă©tait fait pour ĂȘtre annulĂ© s’il le fallait, d’autant plus si c’est le peuple qui le dĂ©cidait ! Pour Bruxelles, c’est devenu impossible !

L’Union EuropĂ©enne n’a pas toujours eu des dirigeants aux mains blanches ! Le plus souvent ils n’ont pas de mains ! Encore aujourd’hui comme nous pouvons le constater tous les jours par ces directives qui s’imposent de facto et qui dĂ©sormais encombrent les parlements nationaux ! Plus de 85 % des textes lĂ©gislatifs en France, sont issus de ces directives !

Est-ce que cela sert Ă  l’explication de ce qu’est devenue l’Union EuropĂ©enne si l’on sait qu’une grande partie des dits PĂšres fondateurs étaient des protestants ! Vingt-huit Ă©taient des Ă©piscopaliens et avaient donc peu de sympathie pour la France catholique, vingt et un Ă©taient protestants et deux Ă©taient catholiques romains.

Dire que l’Union EuropĂ©enne c’est la paix, alors que la dĂ©mocratie et le respect des peuples n’existent pas, au nom de simples traitĂ©s, doit cependant nous interpeller !

Constater que les dirigeants de l’Union EuropĂ©enne se moquent de la dĂ©mocratie et mettent tout en Ɠuvre pour la rĂ©duire le plus possible.

Le Parlement europĂ©en a trĂšs peu de pouvoir, ceux qui sont les « reprĂ©sentants des pouvoirs nationaux », ont la bride bien trop longue ! En France, c’est Philippe LĂ©glise-Costa qui est le ReprĂ©sentant permanent de la France auprĂšs de l’UE. Sa fonction est bien plus forte que celle des dĂ©putĂ©s europĂ©ens de France qui sont eux, pourtant Ă©lus !

Philippe LĂ©glise-Costa.

Philippe LĂ©glise-Costa.

C’est un ministre, chargĂ© des Affaires europĂ©ennes, qui traite de l’ensemble des questions relatives Ă  la construction europĂ©enne : il reprĂ©sente le gouvernement, informe les Ă©lus et les citoyens sur l’évolution des dossiers europĂ©ens.

En rĂ©alitĂ©, sa communication au peuple de France n’existe pas ! Toujours pour la mĂȘme raison, le peuple n’est pas partie prenante ! C’est en cela que l’Union EuropĂ©enne est une dictature.

Des dirigeants dĂ©racinĂ©s, hors sol, des Ă©lus impuissants, des dĂ©cisions qui s’imposent, des intĂ©rĂȘts financiers supĂ©rieurs aux intĂ©rĂȘts nationaux, une immigration sans contrĂŽle, une islamisation Ă©vidente et certaine, et des frontiĂšres sans surveillance.

C’est cela l’Union EuropĂ©enne, et ce depuis le dĂ©but ! Il est temps que les peuples reprennent la main et fassent de cette Union EuropĂ©enne, une Union des Nations souveraines et indĂ©pendantes. La subsidiaritĂ© devenant la norme au mieux des intĂ©rĂȘts des peuples !

VoilĂ  tout l’enjeu des prochaines Ă©lections en 2019 !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99