par Claudine Dupont-Tingaud.

Monsieur le Président,

C’est avec une surprise indignĂ©e que j’ai vu sur mon Ă©cran de TĂ©lĂ©vision, en clĂŽture de la messe d’hommage officiel rendu au PrĂ©sident Jacques Chirac en l’Église Saint Sulpice, lundi 30 septembre, votre geste d’apposition de l’une de vos mains sur le cercueil de votre prĂ©dĂ©cesseur, recouvert par le drapeau tricolore !

Nous sommes, certes, dans une RĂ©publique laĂŻque proclamant, depuis 1905, la sĂ©paration des pouvoirs entre l’Église et de l’État, comme le Nouveau Testament (Saint Mathieu XXII) « Rendez Ă  Dieu ce qui est Ă  Dieu » en avait rappelĂ© avec sagesse et prescience, la nĂ©cessitĂ© exigeante !

Vous vous teniez, volontairement, dans un lieu de chrĂ©tientĂ© oĂč votre devoir de catholique – vous-mĂȘme plus que tout autre puisque devenu par choix privĂ© et non par celui de l’hĂ©ritage parental – Ă©tait de bĂ©nir du signe de la Croix, le corps en son cercueil !

Votre geste n’est-il pas du reste d’appartenance Ă  une certaine obĂ©dience qui n’a rien Ă  faire dans un lieu consacrĂ© Ă  notre religion, celle-ci fondatrice d’une civilisation datant d’avant les rĂ©publiques successives ?

Vous ne sortirez pas grandi de cette soumission Ă  l’air du temps qui prend l’apparence de mƓurs venues d’ailleurs mĂȘme s’il ne s’agissait que de communier une derniĂšre fois, par-delĂ  les mandats Ă©lectoraux, avec celui dont sa conseillĂšre Ă  l’ÉlysĂ©e, Marie-France Garaud, avait dĂ©ploré : « Je le croyais du marbre dont on fait les statues
 Il n’est que de la porcelaine dont on fait les bidets ! »  et qui avait non seulement lĂ©galisĂ© le meurtre prĂ©natal par l’adoption de la loi Veil (1975), mais rompant le lien sacrĂ© et patriotique qui unissait tous les jeunes Français, supprimĂ© le Service Militaire National obligatoire (1996) et encouragĂ© l’immigration de peuplement par le regroupement familial ( 1976), militĂ© pour l’adoption du traitĂ© de Maastricht ( 1992), portes ouvertes de l’Europe Ă  tous vents
 mais aussi disparition de notre monnaie « le franc »  et enfin, et bien que la liste calamiteuse ne soit pas close : dĂ©nonçé comme Ă©vidente la responsabilitĂ© de la France (1995), dans la dĂ©portation des Juifs durant la derniĂšre guerre (alors qu’il est reconnu que nous fĂ»mes le pays d’Europe le plus protecteur)
 et encore abandonnĂ© aprĂšs avoir participĂ© Ă  leur bombardement, les Serbes, facilitant ainsi la rĂ©installation de l’islam en Europe !

Mais Jacques Chirac n’avait-il pas refusĂ© que soient inscrites dans la Constitution EuropĂ©enne « les racines chrĂ©tiennes de l’Europe » et Ă©tĂ© de ceux qui cherchaient Ă  faciliter l’entrĂ©e de la Turquie dans celle-ci ?

Si vous nous confirmiez que c’est cette triste et calamiteuse mĂ©moire qui a retenu votre geste final, vous en seriez remerciĂ© par un certain nombre de rĂ©sistants au « vent de l’Histoire » !


Claudine Dupont-Tingaud est une ancienne ConseillÚre Régionale de Bretagne), présidente de REAGIR (RéAgir Résister et Agir pour la défense de nos identités).

 

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99