Jean-Marc Governatori a Ă©tĂ© chef d’entreprise et nommĂ© deux fois meilleur gestionnaire de France. Cofondateur de la Ligue nationale contre la drogue, il a Ă©tĂ© dĂ©lĂ©guĂ© SOS SAHEL de 1998 Ă  2000 et PrĂ©sident de la FĂ©dĂ©ration Agissons (association humanitaire et Ă©cologiste), crĂ©Ă©e en 1995

Auteur de 13 livres dont 3 prĂ©facĂ©s par Albert Jacquard, il a fait une grĂšve de la faim en mars 2012 suite Ă  la difficultĂ© d’obtenir les parrainages pour l’élection prĂ©sidentielle. Il est cosecrĂ©taire national de l’Alliance Ă©cologiste indĂ©pendante (www.alliance-ecologiste-independante.com).

Quelle est votre position sur l’Europe ? Êtes-vous anti ou pro EuropĂ©en ? Dans ce dernier cas de figure, ĂȘtes-vous pour une Europe fĂ©dĂ©rale ou une Europe de la coopĂ©ration de nations souveraines, ou encore en avez-vous une autre conception ?

Nous sommes trĂšs favorables Ă  l’Union europĂ©enne, mĂȘme si celle qu’on nous propose est largement amĂ©liorable. À terme, nous sommes pour une Europe fĂ©dĂ©rale lorsque les populations seront prĂȘtes, ce qui viendra quand les Ă©lus cesseront de reporter leurs responsabilitĂ©s sur Bruxelles, oubliant que le Japon, les USA et le Royaume-Uni ont les mĂȘmes problĂšmes que nous
 sans l’euro et sans Bruxelles !

Quelle que soit votre conviction, considĂ©rez-vous que rien n’arrĂȘtera dĂ©sormais la construction europĂ©enne sous sa forme actuelle ou sous une autre – que vous le dĂ©ploriez ou l’espĂ©riez – ou, au contraire, que son Ă©chec est prĂ©visible, voire mĂȘme inĂ©luctable ?

Les problĂšmes de l’Europe sont les mĂȘmes que ceux d’ailleurs. Les causes sont le machinisme Ă  outrance, le consumĂ©risme, le productivisme et l’irresponsabilitĂ© gĂ©nĂ©ralisĂ©e.

Que pensez-vous du Grand marchĂ© transatlantique (GMT), cette zone de libre-Ă©change entre l’Europe et les États-Unis, actuellement en nĂ©gociation ?

Le libre-Ă©change est facteur de pollutions, de dĂ©pendances, d’inĂ©galitĂ©s, de guerre monĂ©taire
 donc, non au TraitĂ© transatlantique !

 

L’avenir de l’Europe consiste-t-il à s’amarrer aux USA ou plutît à resserrer les liens avec la Russie ? Ou aucun des deux.

L’avenir de l’Europe dĂ©pend de l’application de notre projet de sociĂ©té ; la proposition de l’Alliance Ă©cologiste indĂ©pendante sur l’Écologie relationnelle et internationale est explicite : elle souhaite une Europe solide et unie. C’est l’intĂ©rĂȘt de la France. La perte de souverainetĂ© n’est pas liĂ©e Ă  l’Europe, mais Ă  l’endettement excessif ! Perdre volontairement et dans l’intĂ©rĂȘt national un peu de souverainetĂ©, c’est prĂ©cisĂ©ment exercer sa souverainetĂ©. Cependant, le plus bel acte de politique Ă©trangĂšre, c’est la construction d’une France aussi exemplaire que possible, pour inspirer les autres peuples.

Qu’est-ce que l’Europe signifie pour vous ? Un rĂȘve ? Un cauchemar ? Une nĂ©cessitĂ© gĂ©opolitique ? L’inĂ©vitable accomplissement d’un processus historique ? La garantie d’une paix durable pour le Vieux continent ? Ou rien du tout


Bien qu’elle soit amĂ©liorable, c’est la zone la plus dĂ©mocratique du monde, la plus calme, la plus sĂ»re et lĂ  oĂč il y a la meilleure qualitĂ© de vie. Une rĂ©alitĂ© intĂ©ressante, amĂ©liorable ; au sein de l’Union europĂ©enne, un noyau solide composĂ© au moins des Allemands et des Français, donnera une belle impulsion aux peuples des autres nations.
Par ailleurs, l’expĂ©rience montre que l’accord des 28 sur tel ou tel sujet est pratiquement impossible : notre Union pourrait donc s’organiser de façon Ă  ce qu’il soit admis que sur telle ou telle problĂ©matique, tel ou tel sujet, des pays agissent et s’expriment pour dĂ©montrer leur accord et ĂȘtre efficace. Cela ne veut pas dire que l’Europe est divisĂ©e, cela prend acte des diffĂ©rences normales entre des peuples qui ont chacun leur Histoire et leur chemin. Le but est l’Union politique, mais chaque chose en son temps


Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.