par Gérard Brazon est ancien Conseiller municipal et permanent syndical, souverainiste, responsable politique au SIEL

Bruxelles exprime sa frayeur de la possible sortie de l’Angleterre de la liberticide Europe, et de la plus vilaine maniĂšre puisque cela passe par les insultes et les menaces d’un Jean-Claude Juncker qui annonce la couleur en cas de retrait ! Seul l’article 50 est la porte de sortie d’un pays de l’Union. Mais tout de suite aprĂšs il Ă©numĂšre deux ans de nĂ©gociations diverses et variĂ©es pour, dit-il, dĂ©faire les liens politiques et financiers un Ă  un. Menace encore en affirmant que ce serait le dĂ©part de milliers (?) de fonctionnaires  britanniques. (Si chaque pays en a des milliers, imaginez un peu la facture pour les contribuables)

Il va plus loin en annonçant LA « catastrophe » de deux millions de britanniques sans statut (?) (On se demande pourquoi il n’aurait pas le mĂȘme statut que les amĂ©ricains, les chinois, les japonais, etc.). La City, une des capitales de la finance dans son scĂ©nario, se retrouverait coupĂ©e d’une grande partie de sa clientĂšle (?).(L’argent n’ayant jamais eu d’odeur et encore moins de Patrie ou de sentiment nationaux, il y a tout lieu de penser que la City restera et saura utiliser cette situation.)

Ces différentes déclarations cherchent à faire peur.

Lire la suite sur le site Les Observateurs.