En ces temps incertains, le dĂ©lit d’opinion semble se glisser sournoisement dans les prĂ©toires. Ainsi, une fois encore, toute vĂ©ritĂ© ne serait pas bonne Ă  dire.

Courageux ? Je n’irai pas jusque-lĂ . TĂ©mĂ©raire ? Certainement pas. Prudent ? Oui je le suis. Aussi pourquoi ne pas me servir comme truchement, d’un ancien, aussi glorieux qu’inattaquable. Plus sĂ»rement que moi, il pourrait exprimer ainsi le fond de ma pensĂ©e ?

Je vous entends dĂ©jĂ  me traiter de pusillanime sinon de lĂąche
 Mais non, j’use tout simplement de ce qu’on appelle le privilĂšge de l’ñge, pour protĂ©ger mes vieux os des avanies d’une Ă©poque qui me dĂ©passe, au point de parfois me larguer.

En la circonstance j’en appelle au « petit camarade » de Jean-Paul Sartre, le trĂšs pondĂ©rĂ© Raymond Aron ( il ne risque plus les foudres Ă©lysĂ©ennes, lui) pour Ă©voquer ce que m’inspire la notion aujourd’hui illusoire d’un « Vivre ensemble » remisĂ© de longue date dans l’arriĂšre-boutique des illusions perdues.

« Vivre ensemble » associĂ© aux « Illusions perdues » ! Attention, Brun, vous frisez la correctionnelle. Non, je rumine tout simplement les mots de notre « spectateur engagé » : « Pour laisser Ă  chacun une sphĂšre privĂ©e de dĂ©cision et de choix, encore faut-il que tous ou la plupart veuillent vivre ensemble et reconnaissent un mĂȘme systĂšme d’idĂ©es pour vrai, une mĂȘme formule de lĂ©gitimitĂ© pour valable. Avant que la sociĂ©tĂ© puisse ĂȘtre libre, il faut qu’elle soit. »

Raymond Aron.

Raymond Aron.

Et c’est bien lĂ  que rĂ©side, de nos jours, le mal qui paralyse l’État pour mieux le dĂ©truire. Comment une sociĂ©tĂ© peut-elle ĂȘtre, quand on la dit plurielle et que son systĂšme respiratoire est altĂ©rĂ© et rongĂ© par de multiples cavernes pudiquement appelĂ©es « zones de non droit ». Comment une sociĂ©tĂ© peut-elle vivre si des pans entiers de sa structure revendiquent la pratique d’un autre systĂšme d’idĂ©es et, pire encore, l’application d’une lĂ©gislation qui leur serait propre. Comment vivre en harmonie avec des prĂ©tendus concitoyens qui appellent Ă  « niquer » le pays dans lequel ils vivent.

Je serais le prĂ©sident de la RĂ©publique – ce ne serait pas un rĂȘve, mais un cauchemar –, avant mĂȘme la composition de mon gouvernement, je m’assurerais de l’adhĂ©sion des personnes pressenties Ă  l’ensemble des principes fondateurs du rĂ©gime politique en vigueur, ce qui malheureusement ne semble pas toujours ĂȘtre le cas. Je me mĂ©fierais aussi de certaines adhĂ©rences, d’ailleurs bien comprĂ©hensibles, liĂ©es Ă  des dĂ©rives toujours possibles dans l’exercice pĂ©rilleux de la double nationalitĂ©. Entre deux chaises, ne dit-on pas vulgairement, « avoir le derriĂšre par terre » ?

Mais ce ne sont lĂ  que conseils d’un vieil homme qui reconnaĂźt lui-mĂȘme ne plus comprendre la sociĂ©tĂ© dans laquelle il vit.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Jean-Pierre Brun

NĂ© Ă  Souk Ahras, Jean-Pierre Brun a sillonnĂ© l’AlgĂ©rie. Il a rejoint l’ArmĂ©e SecrĂšte et s’est retrouvĂ© Ă  Paris au sein de l’OAS MĂ©tro Jeunes
 Il est l'auteur de plusieurs livres aux Ă©ditions Dualpha.

Articles similaires