La technologie c’est bien, surtout
 quand ça marche !

L’autre jour, alors que j’avais quelques achats Ă  faire et peu de temps Ă  y consacrer, je me suis dit « Tiens ! Et si j’abusais de mon immense privilĂšge ? », auquel mon statut d’hyperconsommateur me donne droit : pour une fois, si j’utilisais la scanette.

scanette

Pour ceux qui sont adeptes du petit marchĂ© sympa du dimanche matin ou de l’épicerie du coin de la rue, autrement dit, les has been et NĂ©anderthaliens de la consommation, je me dois de prĂ©senter en quelques mots cette petite merveille de technologie qu’est la scanette.

Comme son nom l’indique, c’est un genre de pistolet Ă©lectronique qui vous permet de scanner vous-mĂȘme vos articles un par un, au fur et Ă  mesure de vos achats, et ainsi d’éviter les files d’attente interminables aux caisses.

Le concept de la scanette est donc trĂšs probablement sorti de cerveaux aux belles Ăąmes de philanthropes, soucieux, n’en doutons pas, de notre bien-ĂȘtre et notre Ă©panouissement.

L’autre message, subliminal celui-lĂ , Ă©tant de nous faire croire que nous autres consommateurs sommes considĂ©rĂ©s comme des personnes responsables et honnĂȘtes Ă  qui l’on peut faire confiance.

En rĂ©alitĂ©, personne n’est dupe, car l’idĂ©e c’est bien de repousser les limites du libre-service, nous invitant finalement Ă  ĂȘtre Ă  la fois, un client et un employé ; on se sert, on pĂšse nos achats, on se facture, on s’encaisse tout seul, c’est magnifique


Quant Ă  la confiance, elle reste trĂšs relative, je me suis laissĂ© dire depuis par des utilisateurs chevronnĂ©s que les contrĂŽles de caddies par le biais d’une relecture de vos emplettes sont trĂšs, trĂšs, trĂšs frĂ©quents.

Je n’aborderai pas ici le chapitre de la disparition Ă  terme des emplois de caissiĂšres, c’est malheureusement Ă©vident, car, ne vous y trompez pas, la scanette est bel et bien un pistolet
 qui tue les caissiĂšres ! La scanette est un peu la mort du pompiste, version grande distribution.

Mais il est l’heure d’ouvrir une parenthùse si je ne veux pas perdre en route les plus jeunes d’entre vous qui me lisent.

Un pompiste, c’est quoi ?

Un pompiste n’est pas, comme le croyait il y a peu encore mon petit-fils de 6 ans, un monsieur tatouĂ© qui fait des pompes en Ă©coutant du rap amĂ©ricain trĂšs fort, non !

Le pompiste, c’est le type qui vous faisait le plein de la voiture pour 38,50 francs, et Ă  qui vous filiez un pourboire d’1 franc 50, pour faire un compte rond, et qui vous Ă©vitait d’avoir les mains qui puent le gas-oil, de vous geler les noix l’hiver, et qui surtout, vous donnait l’occasion d’échanger 3 minutes, de parler de la pluie et du beau temps, du dernier match de l’équipe de France de foot, bref un type qui vous rendait service, et mine de rien crĂ©ait un peu de lien, ce qui Ă  ma connaissance, n’a jamais tuĂ© personne, mais fermons la parenthĂšse et revenons Ă  des choses bien plus importantes que le lien social : la scanette
 et Ă  vous, ou plutĂŽt en l’occurrence Ă  la scanette et Ă  moi.

Alors que j’avais pratiquement terminĂ© mes achats, cette saloperie de scanette n’a rien trouvĂ© de mieux que de s’éteindre ; impossible de la rallumer ou de rĂ©cupĂ©rer mes donnĂ©es


Vous n’imaginez pas dans quel Ă©tat de nerfs cet incident m’a plongĂ©, j’ai vraiment eu envie de rĂ©duire en miettes le bidule, de le piĂ©tiner, de l’exploser, bref ! RĂ©sultat des courses, le temps qui m’était imparti ayant expirĂ©, j’ai abandonnĂ© le caddie plein, incendiĂ© la pauvre dame prĂ©posĂ©e « à l’aide Ă  l’utilisation de la scanette » ce jour-lĂ , et suis reparti chez moi, trĂšs Ă©nervĂ©, bredouille et en ayant perdu plus d’une heure.

Je me suis jurĂ© de ne plus jamais utiliser ce truc qui m’a juste donnĂ© l’occasion d’ĂȘtre trĂšs vilain avec une personne qui n’avait rien demandĂ©, et avec qui j’aurais sans doute eu des rapports trĂšs cordiaux lors d’un passage en caisse.

Moralité : à mort la scanette, et vive les caissiÚres !

Cette chronique a été diffusée sur Radio Libertés.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99