par Adriano Scianca et Yann Vallerie.

Un téléphérique au centre-ouest de Rome ? Voici une nouvelle décision prise par la controversée maire de Rome, Virginia Raggi,  qui a entrainé la colÚre et la protestation des militants de Casapound, qui ont interrompu un conseil municipal cette semaine pour dénoncer le sens des priorités politiques de celle qui dirige la Ville Eternelle.

 Adriano Scianca, journaliste pour Il Primato Nazionale,  explique que la maire de Rome a en effet un sens bizarre des priorités dans une ville en proie à une multitude de problÚmes graves.

La capitale italienne est encore « Ă  l’honneur » avec un nouveau scandale concernant le traitement des dĂ©chets: au plus haut niveau de la saison touristique, la ville n’a jamais Ă©tĂ© aussi sale.

Par ailleurs, il y a quelques jours, une caravane a Ă©tĂ© incendiĂ©e dans une banlieue de Rome. Trois sƓurs d’ethnie rom – dont deux petites filles – sont mortes dans l’incendie.  La police soupçonne un rĂšglement de comptes dans les milieux roms.

Et dans le mĂȘme temps à Rome, il y a 10 000 familles qui attendent un logement social et qui, de plus en plus, voient leurs droits violĂ©s par les autoritĂ©s qui pensent seulement Ă  accueillir les immigrĂ©s.

D’ailleurs, la ville de Rome ne dispose toujours pas d’un adjoint en charge du logement social, tout un signe.

Mais Virginia Raggi veut construire un tĂ©lĂ©phĂ©rique Ă  l’ouest de la ville pour connecter les quartiers de Casalotti e Battistini (le projet coĂ»tera 90 millions d’euros).

Une absurditĂ© que CasaPound Italia (voir reportage de Breizh Info sur ce mouvement) n’a pu tolĂ©rer.

Mardi 16 mai, les militants du mouvement de la tortue ont fait irruption dans la salle du Conseil du XIIIĂšme arrondissement, oĂč la maire esquissait son projet.

« Pourquoi Rome n’a pas encore d’adjoint chargĂ© du logement social ?”, “Comment comptez vous rĂ©gler le problĂšme des migrants?”, ont demandĂ© les militants de Cpi Ă  Raggi.

La maire n’a pas voulu rĂ©pondre et a pris la fuite, sous les huĂ©es et les cris rĂ©clamant sa dĂ©mission.

Plus tard, les dirigeants du Mouvement 5 Ă©toiles de Beppe Grillo ont parlĂ© de « raid » et « d’agression », bien qu’aucun des militants de Casapound n’ait commis de violence.

La ville de Rome reprĂ©sente l’expĂ©rience la plus significative en tant que gouvernement local pour le mouvement de Beppe Grillo, mais cette expĂ©rience est en train de se rĂ©vĂ©ler ĂȘtre une catastrophe.

La maire n’a pas le poids et la personnalitĂ© suffisants pour diriger la ville et tout semble ĂȘtre contrĂŽlé par Grillo lui-mĂȘme, qui n’a pas de mandat populaire. Une mĂ©thode qui dĂ©tonne avec l’idĂ©ologie du mouvement, basĂ©e sur la “dĂ©mocratie directe”.

En outre – chose trĂšs grave pour un mouvement qui a bĂąti sa rĂ©putation en dĂ©nonçant la corruption de l’ancien monde politique – Virginia Raggi est sous le coup d’une enquĂȘte dans le cadre de comportements louches d’un ancien proche collaborateur, Raffele Marra.

Un adjoint au maire, Paolo Berdini, a dĂ» dĂ©missionner aprĂšs avoir dit Ă  un journaliste: «Ici, il sont tous incapables». Une autre, Paola Muraro, a dĂ» dĂ©missionner parce qu’elle est elle aussi visĂ©e par une enquĂȘte. En bref, le conseil municipal traverse une crise grave.

Mais la priorité du maire Raggi reste le téléphérique dans le centre de Rome 


Article paru sur le site Breizh Info.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.