Emmanuel Macron vient d’augmenter le nombre des soldats prĂ©sent au Sahel dans les opĂ©rations Barkhane de 4 500 soldats Ă  5 100, a annoncĂ© le 2 fĂ©vrier la ministre des armĂ©es Florence Parly.

C’est lĂ  une erreur, la France doit quitter, au contraire, cette rĂ©gion oĂč le terrorisme dit islamique couvre en rĂ©alitĂ© des trafics et du banditisme traditionnels en tous genres dans une zone plus vaste que la MĂ©diterranĂ©e oĂč les dirigeants africains se montrent Ă  la fois ambigus dans leurs positions et souvent incapables, comme leurs armĂ©es elles-mĂȘmes.

Florence Parly.

Florence Parly.

On n’a pas vu que ce mĂȘme « terrorisme » envoyait ses semblables en France pour commettre des attentats. Ceux-lĂ  sont le fait de Proche-Orientaux affiliĂ©s Ă  L’État islamique, migrants, infiltrĂ©s, ou « Français » de retour de Syrie.

François Hollande, prĂ©sident, Ă©tait sur la mĂȘme position. Il ne put cacher sa joie, en 2013, en dĂ©clarant Ă  Bamako aprĂšs avoir lancĂ© l’opĂ©ration Nerval contre les djihadistes : « Je viens sans doute de vivre la journĂ©e la plus importante de ma vie politique ».

CharmĂ© par l’infanterie de marine ou les parachutes de la lĂ©gion Ă©trangĂšre, grisĂ© par la foule qui l’acclamait sur la place de l’IndĂ©pendance. Cette griserie, Macron l’éprouve Ă  chaque cĂ©rĂ©monie aux Invalides pour la mort de nos soldats, tous les attributs visuels de la souverainetĂ© sont lĂ  qui donnent l’illusion de sa dĂ©fense alors qu’il ne cesse de la brader par ailleurs.

Par le grand remplacement, l’adoption du pacte mondial des migrations, l’abandon des fleurons de notre industrie et, cette chimĂšre, de partager la dĂ©fense nuclĂ©aire avec l’Europe. Celle-ci est par nature d’exclusivitĂ© nationale et son partage signe sa neutralisation.

La France, au Sahel, ne dĂ©fend pas un limes europĂ©en, le limes il est en MĂ©diterranĂ©e et l’agression est conduite par les trafiquants qui envoient les foules exclusivement masculines en Europe.

Et c’est par ce biais que l’islam veut imposer sa loi ; et c’est en France oĂč la violence monte de toute part qu’il faut faire la guerre, car le « cĂŽte Ă  cĂŽte » dĂ©sormais est devenu « face Ă  face » (Collomb) sur le territoire national.

 

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99