Toute l’Europe vit dĂ©sormais au rythme des attentats islamistes, qu’ils baignent dans le sang en France (Charlie Hebdo, Bataclan, Promenade des Anglais,
), dans les violences sexuelles en Allemagne et en SuĂšde (600 viols ou attouchements durant le dernier rĂ©veillon Ă  Cologne ; filles violĂ©es par des rĂ©fugiĂ©s lors d’une fĂȘte Ă  Hörby, dans le comtĂ© de SkĂ„ne,
) ou encore dans les attentats Ă  la pudeur, car qu’est-ce que « l’affaire du burkini », sinon une Ă©vidente conception trĂšs particuliĂšre de celle-ci ?

Toutefois, pendant les attentats, les affaires continuent !

Enfin, celles du Grand Banditisme avec son lot de rÚglements de comptes : vendredi dernier, en pleine journée, dans le quartier « tranquille » de Saint-Julien à Marseille, vingt-six balles de Kalachnikov ont envoyé ad patres un quadragénaire « connu des services de police », portant ainsi (provisoirement) le score national à 21 mort depuis le 1er janvier.

On arrive donc Ă  huit assassinats de plus que l’annĂ©e derniĂšre Ă  la mĂȘme Ă©poque
 « Quelques heures plus tĂŽt, aux Pennes-Mirabeau (Bouches-du-RhĂŽne), une commune qui jouxte les quartiers Nord de Marseille, les pompiers avaient dĂ©couvert dans une voiture en feu, le corps d’un homme, poings liĂ©s, tuĂ© d’au moins trois tirs  », lit-on dans les colonnes du Monde qui cite un enquĂȘteur : « Lorsqu’on fait tomber un plan stups, cela crĂ©e des vellĂ©itĂ©s de la part de concurrents. Mais les rivalitĂ©s de territoires entre bandes semblent aussi muter en de vĂ©ritables vendettas, animĂ©es par le souci de venger des proches. »

Dommage que le « rĂšglement de comptes » ne soit pas (encore ?) une discipline reconnue aux Jeux Olympiques ; il est certain que nos champions hexagonaux seraient les nouveaux Dieux du stade, d’autant que le dopage ne leur coĂ»terait pas grand chose en tant que producteur-distributeur


Et Ă  ce rythme-lĂ , Marseille fera bientĂŽt considĂ©rer le Chicago d’Al Capone comme un simple parc d’attraction trĂšs surfait !

(Paru dans le quotidien Présent).

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il y co-anime Ă©galement avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » chaque semaine. Derniers livres publiĂ©s : "Le dĂ©fi" (avec Marie-Simone Poublon) aux Ă©ditions Dualpha et "Le dictionnaire sulfureux" aux Ă©ditions SynthĂšse nationale.

Articles similaires