À l’ñge de François, on en est au stade du n’importe quoi cher Ă  OSS 117. La presse catholique, plus socialiste que Jean-Luc MĂ©lenchon et plus subventionnĂ©e par François Hollande que Le Figaro, ne sait pas quoi faire pour manifester sa veulerie : alors, elle va interviewer son pape, en qui Jean Raspail a tĂŽt reconnu le BenoĂźt XVI du Camp des Saints.

Mais le pape du Camp des Saints a encore un certain style, une rhĂ©torique fleurie. L’actuel pape de Rome s’exprime comme un « gaucho » de la pampa. Medium Ă©tant message, il tue la langue magistrale des papes.

La Ă©niĂšme interview de cet « utile mĂ©diatique » a portĂ© par exemple sur les racines chrĂ©tiennes : « Il faut parler de racines au pluriel car il y en a tant. En ce sens, quand j’entends parler des racines chrĂ©tiennes de l’Europe, j’en redoute parfois la tonalitĂ©, qui peut ĂȘtre triomphaliste ou vengeresse. Cela devient alors du colonialisme. »

Parler des racines chrĂ©tiennes, c’est ĂȘtre colonialiste. Avec lui, on aura dĂ©cidĂ©ment tout vu, lu et entendu. MaisGuy Debord nous a rappelĂ© que le dĂ©clin de l’intelligence survient avec la lĂąchetĂ© politique et spirituelle.

AprÚs, le pape revient à son obsession : laver les pieds qui puent et surtout qui viennent de loin.

« L’Europe, oui, a des racines chrĂ©tiennes. Le christianisme a pour devoir de les arroser, mais dans un esprit de service comme pour le lavement des pieds. »

C’est un pressing pĂ©destre. Il ajoute qu’il faut intĂ©grer tout le monde : je dirais que je m’en moque maintenant. Il est trop tard pour rĂ©agir, et on sait trĂšs bien qu’on ne rĂ©agira plus. Au moins, le roucoulant argentin comprend que le catholique zombi de Todd se laissera Ă©liminer sans rĂ©agir par l’OTAN.

L’avortement, le mariage gay ? Le joueur de pĂ©tanque s’en moque comme de l’an quarante : « C’est au Parlement qu’il faut discuter, argumenter, expliquer, raisonner. Ainsi grandit une sociĂ©tĂ©. »

Surtout une sociĂ©tĂ© non-chrĂ©tienne ! Mais il est vrai qu’une sociĂ©tĂ© chrĂ©tienne a toutes les chances d’ĂȘtre coloniale ! Alors


Le pompon survient lorsque le pape compare le Christ Ă  Daesh ! C’est que les deux ont de sales tendances Ă  vouloir convertir tout le monde, l’un en prĂȘchant l’amour et la parole, l’autre en usant du viol et de la bombe, mais cela montre que le christianisme est pire que l’islamisme puisqu’il est comparable, mĂȘme inoffensif, Ă  une pratique criminelle !

Et le caĂŻd de nous assĂ©ner les monstruositĂ©s suivantes : « L’idĂ©e de conquĂȘte est inhĂ©rente Ă  l’ñme de l’islam, il est vrai. Mais on pourrait interprĂ©ter, avec la mĂȘme idĂ©e de conquĂȘte, la fin de l’Évangile de Matthieu, oĂč JĂ©sus envoie ses disciples dans toutes les nations. »

On se demande de qui il se moque ! Et son troupeau a la peau dure décidément !

S’il y a encore de bons chrĂ©tiens, ils n’ont plus besoin ni du pape ni du Vatican. On rappellera que Bergoglio dĂ©signait le pont d’un village qui s’écroula sous les Borgia.