Le pacte sur des migrations « sĂ»res, ordonnĂ©es et rĂ©guliĂšres » fait couler beaucoup d’encre. Opposant les rĂ©alistes qui y voient un socle juridique (les engagements des États signataires) et moral (les migrations inĂ©luctables) et les diversitaires qui y voient un simple code symbolique non contraignant. L’Union europĂ©enne, par la voix de son Commissaire aux migrations Dimitris Avramopoulos (photo), vient de confirmer, dans une tonitruante tribune (Question d’Europe, n° 497, 17 dĂ©cembre 2018) de la Fondation Robert Schumann, toutes les analyses des premiers. Revue de dĂ©tail. Les mots soulignĂ©s sont de la rĂ©daction.

Dimitris Avramopoulos, un personnage connu

Dimitris Avramopoulos est Commissaire europĂ©en chargĂ© des migrations, des affaires intĂ©rieures et de la citoyennetĂ© depuis septembre 2014, aprĂšs une brillante carriĂšre politique au sein du parti conservateur grec Nouvelle DĂ©mocratie. C’est ce sĂ©millant (plus trĂšs) jeune homme que nous citions en mars 2018 dans un premier article pour sa dĂ©claration de mars 2017 oĂč il annonçait l’arrivĂ©e organisĂ©e, suscitĂ©e, encouragĂ©e de 6 millions d’immigrĂ©s en Europe :

« Dimitri Avramopoulos, commissaire europĂ©en aux Migrations et aux Affaires IntĂ©rieures, affirmait de son cĂŽtĂ© Ă  la Tribune de GenĂšve en mars 2017 : « L’Europe va avoir besoin de 6 millions d’immigrĂ©s. Nous allons ouvrir des bureaux (pour les permis de sĂ©jour) dans tous les pays de la rive sud de la MĂ©diterranĂ©e et en Afrique de l’Ouest »

Quelques mois plus tard (dĂ©cembre 2017), il ajoutait : « Nous ne pouvons pas et ne pourrons jamais arrĂȘter l’immigration. Nous devons tous ĂȘtre prĂȘts Ă  accepter l’immigration, la mobilitĂ© et la diversitĂ© comme nouvelle norme et Ă  adapter nos politiques en consĂ©quence. C’est un impĂ©ratif moral, mais aussi Ă©conomique et social pour notre continent vieillissant » (Figaro Magazine, 22 dĂ©cembre 2017, page 7). .

Le pacte vu par le responsable des migrations de l’U.E.

Sous le titre « Il est temps de construire une politique europĂ©enne d’immigration et d’asile pour l’avenir », le Commissaire prĂ©cise que la migration doit ĂȘtre « perçue comme un avantage pour notre Ă©conomie et notre sociĂ©tĂ©. Nous devons reconnaĂźtre la migration et la mobilitĂ© humaine comme faisant partie de notre histoire et comme une rĂ©alitĂ© de notre avenir. »

Un peu plus loin il fait directement rĂ©fĂ©rence au Pacte, nous citons « Nous savons tous que notre Ă©poque sera qualifiĂ©e par les historiens d’ùre de la mobilitĂ© humaine. C’est la raison pour laquelle nous devons nous efforcer de gĂ©rer la question migratoire Ă  l’échelle mondiale, en rĂ©duisant les migrations irrĂ©guliĂšres mais aussi en permettant une migration sĂ»re et ordonnĂ©e qui sera l’intĂ©rĂȘt de tous. L’adoption rĂ©cente du Pacte mondial pour une migration sĂ»re, ordonnĂ©e et lĂ©gale a marquĂ© une Ă©tape importante à cet Ă©gard pour la coopĂ©ration 
 Nous avons lancĂ© un appel aux Etats membres pour qu’ils amĂ©liorent les voies lĂ©gales de migration vers l’Europe ». ..Un peu avant il avait rappelĂ© aux Etats « l’engagement politique de coopĂ©rer au niveau international ». On ne saurait ĂȘtre plus clair.

Budget triplé, contrÎles levés et censures renforcées

Citons toujours : « Nous avons proposĂ© de tripler le budget de l’Union EuropĂ©enne relatif Ă  ces dossiers cruciaux pour atteindre prĂšs de 35 milliards d’euros au cours des sept prochaines annĂ©es ». Il est vrai que 5 milliards par ans ne seront pas de trop pour organiser la migration de 6 millions (dans un premier temps ?) d’extra-europĂ©ens prĂ©vue par l’honorable Commissaire en dĂ©cembre 2017. Il ajoute d’ailleurs naĂŻvement : « Nous pensons que le moment est venu de prendre des mesures pour lever les contrĂŽles aux frontiĂšres intĂ©rieures rĂ©introduits de maniĂšre temporaire et rĂ©tablir pleinement Schengen ». AprĂšs l’attentat de Strasbourg, les français apprĂ©cieront particuliĂšrement.

Mais il faut aussi faire taire les opposants, l’U.E. finance dĂ©jĂ  un rĂ©seau europĂ©en de journalistes pour encourager des rĂ©flexes positifs sur l’immigration de masse. Le Commissaire agite les ciseaux bien connus d’Anastasie en menaçant : dans ce contexte « nous devons Ă©riger un mur contre les forces populistes et nationalistes ». Ce mur est prĂ©vu dans l’article 17 du Pacte qui prĂ©voit de poursuivre les mĂ©dias qui s’opposeraient Ă  sa mise en vigueur. Mieux, c’est aussi un mur d’argent car l’article 17 recommande gentiment de leur couper toute subvention publique.

Dimitris laisse pointer une sourde inquiĂ©tude et un petit bout d’oreille sur les dĂ©lais de mise en Ɠuvre des mesures qu’il recommande pour accompagner le Pacte. Il ne reste que quelques mois avant les Ă©lections europĂ©ennes de 2019, avec un risque Ă©levĂ© de progression des partis populistes, il faut donc faire vite. « Nous avons une petite fenĂȘtre d’opportunitĂ© devant nous, et nous ne pouvons pas la laisser se fermer. Il n’y a pas de temps Ă  perdre ». Autrement dit et en termes directement politiques : saisissons l’occasion de la signature du Pacte par une majoritĂ© d’États de l’U.E. pour faire voter en catimini et illico presto toutes les mesures nĂ©cessaires pour accĂ©lĂ©rer les migrations extra europĂ©ennes « sĂ»res et rĂ©guliĂšres ». Charmant Dimitris


L’article complet de la Fondation Robert Schumann se trouve ici (PDF).

Article paru sur le site de l’OJIM.

Crédit photo : European Defense Agency via Flickr (cc)

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99